287 Vues
Enregistrer

C’est la plus belle chose que j’aie vue de ma vie : orthographe

Publié le 23/02/2023
2 commentaires

On doit écrire : c’est la plus belle chose que j’aie vue de ma vie. Pourquoi écrit-on « vue » ? En effet, le participe passé du verbe « voir », « vue », prend un « e » qui marque l’accord au féminin pour une raison simple : le complément d’objet direct (COD) figure avant l’auxiliaire. En effet, le COD est ici le pronom « que », dont l’antécédent (le nom qu’il reprend) est « la plus belle chose », un groupe nominal féminin. C’est la fameuse règle selon laquelle le participe passé employé avec « avoir » s’accorde avec le COD si celui est « antéposé » (placé avant l’auxiliaire »). Suivant cette règle, on écrirait donc, dans un autre cas, « c’est le plus beau monument que j’aie vu de ma vie ». Dans ce cas, « vu » est accordé avec un groupe nominal masculin (le plus beau monument), sa graphie ne change donc pas.

Pourquoi écrit-on « j’aie » ?  On doit ici employer le subjonctif (le subjonctif passé ici), parce que l’antécédent, « la plus belle chose », est un superlatif (il exprime un degré supérieur en qualité). En effet, le sujet fait une appréciation, procédé qui comporte une part d’incertitude, ce qui appelle le subjonctif. On écrirait ainsi, plus naturellement à la première personne du pluriel : « C’est la plus belle chose que nous ayons vue de notre vie ».

Exemples :

  • L’arrivée de mon enfant, c’est la plus belle chose que j’aie vue de ma vie.
  • Je crois bien que c’est la plus grande tour que j’aie vue de ma vie.
  • Cette fraternité qui lie ses membres est la plus belle chose que j’aie vue en arrivant dans cette association.
  • Après avoir traversé les immenses forêts d’Aïtone et de Valdoniello, le val du Niolo, la plus belle chose que j’aie vue au monde après le mont Saint-Michel et une partie de la Balagne, le pays des oliviers, j’ai retrouvé la mer auprès de Corbara. (Maupassant, Le Monastère de Corbara).