« Colibet » ou « quolibet » : orthographe

On écrit : quolibet.

Un quolibet est un propos moqueur, une plaisanterie offensante.

Synonymes : lazzi, raillerie, sarcasme.

 

À lire ici : « for intérieur » ou « fort intérieur » ?

 

Exemples


Ça gesticule et parle fort
Ça joue les divas, les ténors
De la bêtise
Moi, les lazzis, les quolibets
Me laissent froid, puisque c’est vrai
Je suis un homo
Comme ils disent

Aznavour, Comme ils disent

 

Et à l’instant dans l’azur se fait place cette jeune face bachique toute enflammée de colère et d’une gaieté surhumaines, l’œil étincelant et cynique, la lèvre tordue par le quolibet et l’invective !

Claudel, Connaissance de l’Est

 

Etonnant comme le regard porté sur certaines conduites sociales évolue vite. Il n’y a pas si longtemps, amener sa «gamelle» au bureau pour le repas du midi ne manquait pas de susciter quolibets et remarques ironiques de la part des collègues

Lesechos.fr

 

Origine de quolibet


Selon le Dictionnaire historique de la langue française, quolibet vient du latin scolastique (le latin employé par la philosophie et théologie enseignée au Moyen Âge dans les universités). C’est l’ablatif neutre de quilibet (« celui qu’on voudra, n’importe lequel », de qui (qui) et de libet « il plaît »).

Au Moyen Âge, dans les universités, des « disputes » (des discussions argumentées) étaient organisées entre étudiants sous la direction d’un maître. Ce dernier choisissait le thème.

Cependant, selon Alain de Libera (La Philosophie médiévale), à côté de ces disputes « ordinaires » (disputationes ordinaria), il existait deux sessions annuelles extraordinaires, à l’Avent et au Carême, de disputes ou de questions dites quodlibétales (disputationes de quolibet), pendant lesquelles le maître n’avait pas le choix du thème. C’était l’auditoire qui pouvait poser des questions en début de séance, « a quolibet (par n’importe qui) et de quolibet (sur n’importe quoi) », c’est-à-dire sur n’importe quel problème philosophique ou théologique.

L’évolution du sens du mot vient du fait que ces questions étaient jugées comme dérisoires, quelconques, ridicules, triviales.

Il a désigné (parfois sous la forme quodlibet) des pièces de musiques aux mélodies ou textes hétérogènes.

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *