Définition. (Nom masculin et adjectif). Cuistre signifie :

1. personne fière de son savoir, souvent limité, qui en fait étalage et se rend désagréable ;

2. personne qui compense la faiblesse de son savoir ou de ses vues par des prétentions et de la chicanerie ;

3. anciennement : domestique subalterne d’un collège, bedeau, cuisinier des étudiants.

Ce terme est plus souvent employé comme nom que comme adjectif. À lire en cliquant ici : que signifie « sycophante » ?

 

Synonymes de cuistre

Pédant, pédantesque, prétentieux, vaniteux, poseur, bélître, pontifiant, m’as-tu-vu ;

 

Antonymes 

Modeste, poli, humble.

 

Exemples 

  • cet érudit m’a paru être un tel cuistre que je ne pus réprimer un sourire en le voyant pérorer stupidement.
  • Ils ne connaissaient rien à rien et pouvaient être séduits par n’importe quel cuistre un peu habile, prétendu philosophe ou intellectuel, prêt à débiter tout ce qu’ils voulaient entendre pour se faire mener à l’abattoir. 
  • Professeur, académicien, pair de France, ministre, jamais on n’a vu sortir une idée de sa tête, cette outre sonore. Il a toute la prétention d’un philosophe, toute l’apparence d’un charlatan, et toute la réalité d’un cuistre. (Hugo, Choses Vues (1849) / À propos de Victor Cousin, qui était philosophe et un homme politique français)
  • Réputé grand écrivain sans avoir jamais écrit autrement que le premier cuistre venu, renommé philosophe pour avoir ressassé de centenaires dubitations et critique vanté dans tous les conciles du mensonge […] (Bloy, Le Désespéré / À propos d’Ernest Renan)

 

Étymologie de cuistre

Ce terme, apparu au XVIIe siècle, est issu d’un processus de formation complexe. L’ancien français coistron, cuistron (XIIe siècle), « marmiton, valet de cuisine », issu d’un bas latin coquistro dérivé de coquere, « cuire, faire cuire » a phonétiquement dérivé vers « cuistre » sous l’influence de « cuire » et « cuisine » (selon le Dictionnaire historique de la langue française). Le « s » s’est probablement maintenu pour que la prononciation reste harmonieuse. « Cuistre » fait plutôt partie de la langue soutenue, et à une tonalité archaïsante (bien que souvent employé à l’écrit dans les tribunes, ou les textes polémiques). Le nom dérivé, « cuistrerie », rare aujourd’hui.