Nonobstant : définition simple & exemples

Nonobstant signifie :

(Préposition) : malgré, sans avoir égard à, en dépit de, sans être empêché par.

(Adverbe) : cependant, néanmoins, toutefois.

 

À lire ici : des mots nouveaux pour enrichir son vocabulaire

 

Exemples


Depuis cette soirée, nonobstant le vieux fat, malgré ses menaces et sa contenance de spadassin bourgeois, Lucien était revenu chez madame de Bargeton […]

Balzac, Illusions perdues / employé en tant que préposition

 

On contait que son père, le réservant pour hériter de sa charge, l’avait marié de fort bonne heure, à dix-huit ou vingt ans, suivant un usage assez répandu dans les familles parlementaires. Charles Myriel, nonobstant ce mariage, avait, disait-on, beaucoup fait parler de lui. 

Hugo, Les Misérables

 

Joseph était un enfant triste, d’une chétive corporence et d’un caractère tourné en dedans. Il ne quittait jamais Brulette et lui était fort soumis : elle le disait, nonobstant, têtu comme un mouton et le réprimandait à chaque moment.

Sand, Les Maitres sonneurs /employé en tant qu’adverbe

 

Contrairement aux élections présidentielle et législatives, où seuls les deux candidats arrivés en tête peuvent participer au second tour, nonobstant leur score, davantage de concurrents peuvent se maintenir aux élections régionales et départementales. Pour les élections régionales, il est nécessaire d’obtenir plus de 10 % des suffrages exprimés au premier tour.

Lesechos.fr

 

Traductions


Espagnol : no obstante ;

Italien : nonostante ;

La locution est courante dans ces deux langues.

Anglais : despite, notwithstanding ;

 

Étymologie de nonobstant


Nonobstant est employé dès le XIVe siècle :

Nonobstant leur force et leur poissance, il furent moult resjoy quant il sceurent et veirent que li jours Saint Mikiel estoit passés et inspirés. (FROISS., Chron. R., VIII, c.1375-1400, 98)

Dictionnaire du Moyen français

Il est composé de non et de l’ancien français obstant, « faisant obstacle », « empêchant », participe présent d’obster, « être arrêté par », du latin d’obstare, « faire obstacle » (ob,  « devant », stare « être debout », « se tenir devant » ).

Elle était courante dans la langue juridique :

Si l’acheteur est troublé ou a juste sujet de craindre d’être troublé par une action, soit hypothécaire, soit en revendication, il peut suspendre le paiement du prix jusqu’à ce que le vendeur ait fait cesser le trouble, si mieux n’aime celui-ci donner caution, ou à moins qu’il n’ait été stipulé que, nonobstant le trouble, l’acheteur paiera.

Article 1653 du Code civil

« Nonobstant que », au sens de « malgré que », n’est plus employé.

Il revint avec une Armée, & se présenta devant Paris, nonobstant que le Roi lui eût défendu d’en aprocher sur peine de leze-Majesté.

Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique

 

Le terme entrait parfois dans l’expression « ce nonobstant » (malgré cela) :

On peut regretter les meilleurs temps, mais non pas fuyr aux presens ; on peut desirer autres magistrats, mais il faut, ce nonobstant, obeyr à ceux icy.

Montaigne, Les Essais

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *