294 Vues
Enregistrer

Oripeaux : définition · synonymes · étymologie · exemples

Publié le 06/12/2022 (m.à.j* le 25/04/2024)
0 commentaire

Définition d’oripeaux

(Nom masculin pluriel). Les oripeaux est un terme à connotation littéraire qui désigne en général de vieux habits abîmés qui ont perdu leur éclat, des habits sans valeur, de mauvaise qualité, passés de mode, etc. Par exemple, un « ce vieil homme ruiné n’avait plus que ses oripeaux pour seul bien » souligne, avec pitié, que cet homme est si pauvre qu’il ne porte que des guenilles, abîmées et probablement passées de mode. Dans certaines acceptions, ce terme est très péjoratif et ajoute une teinte de mépris pour la personne concernée. Par exemple, dans la phrase « un groupe de jeunes firent une entrée remarquée dans le café à cause de leurs manières ostentatoires et les oripeaux trouvés en friperie qu’ils portaient fièrement », l’énonciateur estime que les habits des jeunes gens sont laids, et que le fait de les porter fièrement est digne de mépris.

Ce terme peut être employé au figuré à propos de ce qui brille d’un faux éclat, de ce qui essaie de tromper vainement par les apparences : « les oripeaux de son succès passé ne dissimulaient plus sa déchéance actuelle ». Exemple littéraire : « Sous ces vieux lambris, oripeaux d’un temps qui n’était plus […] (Balzac, Le Cabinet des Antiques) – les lambris sont les « belles choses défraîchies » qui ne parviennent pas à masquer la déchéance actuelle du lieu. Ces emplois sont toutefois rares aujourd’hui, et presque des archaïsmes.

Synonymes d’oripeaux

Guenilles, haillons, loques, nippes, affublement, accoutrement, etc.

Étymologie (origine)

Oripeaux est le pluriel d’oripeau, réfection d’oripel, composé de l’ancien adjectif orie, « doré », du latin aureus, « or », et de pel, variante de peau. Le changement de genre est peut-être dû au fait que le oripel/oripeau n’a pas plus été senti comme un dérivé de peau. Anciennement, le terme pouvait renvoyer à une lame de cuivre de laiton ou de cuivre, qui a donc l’apparence de l’or, ce qui adonné le sens figuré (de faux or, et donc trompeur, puis « sans valeur »).