126 Vues
Enregistrer

Enfant de la balle : définition & origine [expression]

Publié le 25/06/2021 (m.à.j* le 30/08/2022)
0 commentaire

Être un enfant de la balle signifie : être un « enfant du métier », avoir été élevé dans le milieu artistique (le cirque notamment) et, plus généralement, avoir été formé dès son enfance par ses parents ou son milieu à un métier ou à une discipline.  Exemples : 

  • Il est vrai que c’est une très jeune actrice pleine de talent, mais c’est une enfant de la balle qui a montré très tôt les meilleures aptitudes pour exercer ce métier.
  • Ne pas être un enfant de la balle est parfois un handicap pour trouver sa place dans certains milieux fermés.
  • Par exemple, dans les Arts & Métiers il y a des talens naturels que l’on desire de ceux qui s’y destinent ; ils doivent aussi être Apprentifs avant de passer pour Maîtres ; il faut plus encore, il faut un chef-d’œuvre pour être reçu, à moins que l’on ne soit Enfant de la balle, comme ils disent eux-mêmes, car alors on est sensé tout sçavoir […] (Agenda des auteurs, ou Calpin littéraire à l’usage de ceux qui veulent faire des livres, 1755)
  • J’allais m’attacher à un militaire et devenir militaire moi-même ; car on avait arrangé que je commencerais par être cadet. Je croyais déjà me voir en habit d’officier, avec un beau plumet blanc. Mon cœur s’enflait à cette noble idée. J’avais quelque teinture de géométrie et de fortifications ; j’avais un oncle ingénieur ; j’étais en quelque sorte enfant de la balle. (Rousseau, Les Confessions)

 

Enfant de la balle : origine de l’expression

Selon l’explication traditionnelle, les enfants de balle étaient les fils des maîtres du jeu paume, initiés très tôt à ce sport. C’est l’origine indiquée par la première édition du Dictionnaire de l’Académie française (1694) :

On appelle Enfants de la balle, Les enfants d’un Maistre de jeu de paume ; Et figurément, tous les enfants qui embrassent la profession de leur pere.

Ainsi que par Furetière (1690) :

entre autres les enfants d’un Maistre de tripot avec qui il fait dangereux de faire partie.

Le tripot était le lieu où l’on jouait au jeu de paume.

Selon une autre hypothèse (de P.Guiraud rapportée par le Dictionnaire historique de la langue française), la balle en question renverrait à un sens ancien de ce mot, « paquet de marchandises » (qui a donné « ballot »). Les enfants de balle auraient été des membres d’associations de marchands itinérants (qui portaient leurs « balles »). Cette dénomination se serait étendue ensuite aux théâtres et aux autres milieux artistiques.

Dans La Puce à l’oreille, Duneton évoque d’autres sources selon lesquelles ces enfants de la balle étaient des fils de marchands forains itinérants, la balle faisant référence là aussi au ballot ou à la caisse du colporteur. Mais il doute de cette explication. Au reste, aucune attestation ne vient appuyer ces hypothèsesIl ne semble pas y avoir en outre d’occurrences de cette expression antérieures aux dictionnaires de l’Académie et de Furetière, qui ont peut être enregistré une façon populaire de parler. 

Pourquoi dit-on « avoir du peps » ? Cliquez ici