Se mettre la rate au court bouillon : définition & origine

Se mettre la rate au court bouillon signifie : se faire du souci, se faire du mauvais sang.

Cette expression est argotique.

 

Se mettre la rate au court bouillon : origine de l’expression


La rate est un organe proche de l’abdomen. Selon la médecine antique, la rate secrète de la bile noire ou atrabile qui, produite en excès, peut produire la mélancolie.

Le Dictionnaire (1690) de Furetière relève la théorie  :

Galien dit que l’usage de la rate est de nettoyer le sang feculent, & d’attirer l’humeur melancholique :

Le bouillon est un liquide en état d’agitation ou en ébullition. La rate au court bouillon est ainsi mise à rude épreuve, produit de la bile et fait naître du souci dans l’esprit de son propriétaire.

Bref, cette expression est une variante plus cocasse et plus argotique de « se faire de la bile », ou de « se faire du mauvais sang ».

Elle pourrait être née au XVIIIe siècle : 

Je t’aime si bien et si biau,
Que je crève dans ma piau
Ton visage et tes attraits
Ont percé mon cœur de cent traits ;
Tes petits yeux de papillon
Ont mis ma rate au court-bouillon ;

Texte satirique qui pourrait voir paru en 1753

D’autres organes ont été mis au court bouillon au même siècle :

Du moment que ton œil fripon,
A mis mon cœur au court-bouillon,
Je ne dors que sur une oreille,
Et par simple distraction,
D’un trait je vide une bouteille,
Et je mange comme un glouton.

Mercure de France, 1725

 

Un’n fill met rudement dans la peine,
Quand son cœur court la prétentaine ;
Drès qu’al fait comm le parpillon
Al vous met l’âme au court bouillon.

Les Porcherons, Chant VI

D’autres expressions, aujourd’hui disparues, font intervenir la rate : « décharger sa rate », qui signifie « faire éclater sa colère » ; « s’épanouir la rate » pour « rire tout son saoul », etc.

L’expression a servi de titre à un San-Antonio.

 

Voir ici : pourquoi dit-on « se regarder en chiens de faïence » ?

 

Exemples


Les premières occurences pour les mots-clés « rate au court bouillon » sur Gallica :

– Écoute, pour une fois, et ne te mets pas la rate au court-bouillon […]

Le Radical, 28 mai 1909

 

– C’est la cérémonie de jeudi qui m’a fait cuire la rate au court-bouillon, m’a-t-il confié.

Le Petit Journal, 14 novembre 1937

 

Certes, une grande partie des Français sont confinés, mais pour eux aussi, c’est le week-end. On met donc de côté les injonctions à rendre cette période productive (non, on ne va pas lire tout Léon Tolstoï en repeignant le mur du salon d’une main, le tout en faisant des squats), et on ne se met pas la rate au court-bouillon pour réaliser l’intégralité des recettes de Ginette Mathiot.

Liberation.fr

 

À lire

Sophie Chantreau, Alain Rey, Dictionnaire d’expressions et locutions

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *