272 Vues
Enregistrer

Thébaïde : définition · exemples · synonymes · étymolgie

Publié le 23/11/2021
0 commentaire

Définition. (Nom féminin)

Thébaïde signifie :

  1. lieu désertique et isolé où peuvent se retirer les ascètes chrétiens pour mener une vie solitaire et austère.
  2. Par extension et le plus souvent : lieu désert où l’on peut vivre en solitaire, loin de la civilisation. 

Synonymes de « thébaïde »

Désert, retraite, solitude ;

Antonymes :

Civilisation, ville, foule ;

Exemples 

  • Cet hôtel, isolé au fond d’une petite région sans industrie et sans ville, était devenu une thébaïde qui attirait les écrivains en mal d’inspiration, qui venaient y chercher un peu de calme rustique.
  • Ce Port-Royal est une Thébaïde ; c’est le paradis ; c’est un désert où toute la dévotion du christianisme s’est rangée ; c’est une sainteté répandue dans tout ce pays à une lieue à la ronde. (Madame de Sévigné, Lettre 375, 26 janvier 1674)
  • Déjà il rêvait à une thébaïde raffinée, à un désert confortable, à une arche immobile et tiède où il se réfugierait loin de l’incessant déluge de la sottise humaine. (Huysmans, À rebours)

Étymologie de thébaïde

Thébaïde est dérivé du latin Thébaïs, nom d’une ancienne région de l’Égypte antique, dans le sud de l’Égypte actuelle, autour de la ville de Louxor, appelée autrefois par les Grecs Thèbes (ThebaiΘῆβαι). Dans l’Antiquité, le désert de la Thébaïde attirait les anachorètes, les ascètes chrétiens qui se mettaient en retrait de la vie sociale pour se consacrer à Dieu et à la prière. Pacôme (première moitié du IVe siècle ap. J.-C.) a fondé le premier monastère près de Tabennèse en Thébaïde. Le terme, dont l’usage est rare, est importé en français au milieu du XVIIe siècle : 

Elle ne souffrait point qu’il entrast dans le Monastere aucun écrit de nouvelles, ou que l’on y parlast des affaires du siecle, si ce n’estait pour les recommander à Dieu. De maniere que les Religieuses vivaient dans Paris comme dans une Thebaïde, sans sçavoir ce qui se passait au monde. 

Jean-Baptiste de La Barre, La Vie de la vénérable Mère Marie Agnès Dauvaine, 1675