Un chouia signifie : un peu de, un petit peu, une petite quantité, une broutille. On écrit aussi : « chouya » ou « chouïa ».

 

Un chouia : origine de l’expression

Chouia est une francisation de l’arabe chuwayya ( « un peu », شوية), diminutif de chay’ (« chose, quelque chose », شيء). Il a été introduit depuis l’arabe en français par les soldats français présents au Maghreb au XIXe siècle. Il a d’abord été employé redoublé, comme une interjection synonyme de « doucement » ou « attends » :

  • Pourquoi alors le maintient-on à la tête d’un gouvernement qu’il a depuis plus de quatre mois laissé au paisible M. de Bar (surnommé Chouïa-Chouïa, doucement, doucement, par les Arabes, qui aiment les épigrammes.) ? (Gazette du Bas-Languedoc, 1 novembre 1846)
  • Quant à nous zouaves, ils tirent leur moustache et répondent à tout par le fameux chouïa ! chouïa ! que tous nos corps d’Afrique ont adopté, ce qui veut dire : Attends ! attends ! (Charles Adam, La guerre d’Italie…, 1859)

Le redoublement a disparu et son sens a glissé vers « un petit peu ». « Un chouia » est relevé dans ce sens dans un guide de 1892, mais il s’est probablement diffusé dans le français de métropole pendant la Première Guerre mondiale, comme semble l’attester une de ses premières (ou sa première) apparition écrite dans Le Feu (1916) d’Henri Barbusse :

Le jaune s’avance et demande à son tour : 
– Tabac ? Un chouia de tabac ?

Voir ici : d’où vient le terme « ramdam » ?

Ses occurrences écrites sont cependant très rares. Cette expression est peut-être longtemps resté caractéristique du milieu des soldats : 

C’est là que j’avais interrogé ces deux marsouins qui sortaient, les godillots bien cirés, les plis de la capote soigneusement rectifiés, et le képi crânement posé sur la tête, un tout petit peu il est vrai, « un chouïa », comme ils disent, incliné sur l’oreille. (Le Journal, 24 avril 1937)

Son usage à l’écrit s’accroît véritablement à partir des  années 1980Exemple contemporain :

  • On les pensait presque terminées, les bagarres d’actionnaires à la tête du Monde. Après l’entrée fracassante au capital du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky à l’été 2019, qui avait un chouïa traumatisé la rédaction, les tensions semblaient retombées. (Liberation.fr)