« Y a-t-il », « y’a-t-il » ou « y a-t’il » : la règle

Doit-on écrire « y a-t-il », « y’a-t-il » ou « y a-t’il » ?

On écrit : y a-t-il.

 

Y a-t-il : les règles


Y a-t-il.. y a-t-il.. ou y a-t il

La Fenêtre, Pierre Bonnard, 1925 | Pierre Bonnard

Pas d’apostrophe après le « y » :

L’apostrophe sert à noter l’élision d’une voyelle (c’est-à-dire sa suppression) devant un autre mot commençant par une voyelle ou un h muet. On la trouve par exemple dans « va-t’en » (voir ici une article sur le sujet). 

Ce procédé permet d’éviter un hiatus, c’est-à-dire la succession de deux voyelles. 

ExemplesJ’aime, l’Amérique, le père d’Hélène.

 

Pas d’apostrophe après « t » :

Cette lettre n’est pas la forme élidée de « te », mais une lettre placée pour des raisons d’euphonie, c’est-à-dire pour rendre agréable la combinaison des sons. 

 

Les traits d’union :

entre « a », « t » et « il » permettent de noter que ces trois lettres forment une unité sonore, comme dans la phrase « A-t-elle bien rangé sa chambre ? « . 

 

Voir ici : « va-t-en » ou « va-t’en »  ?

 

Exemples d’emplois :


Dépouillons-nous ici plus que jamais de toute passion et de tout préjugé, et voyons de bonne foi ce que notre raison peut nous apprendre sur cette question : Y a-t-il un Dieu, n’y en a-t-il pas ?

Voltaire, S’il y a un Dieu

Il était quatre heures alors. 

Qu’y a-t-il ? demande si Francis Cromarty, qui releva la tête au-dessus de son cacolet. 

– Je ne sais, mon officier, répondit le Parsi, en prêtant l’oreille à un murmure confus qui passait sous l’épaisse ramure.

Verne, Le Tour du monde en quatre-vingts jours

 

N’y a-t-il pas telle douleur physique diffuse, s’étendant par irradiation dans des régions extérieures à la partie malade, mais qu’elle abandonne pour se dissiper entièrement si un praticien touche le point précis d’où elle vient ?

Proust, À la recherche du temps perdu

 

Craignez-vous que nos Législateurs Français, correcteurs de cette morale, long-temps accrochée aux branches de la politique, mais qui n’est plus de saison, ne vous répètent : femmes, qu’y a-t-il de commun entre vous et nous ?

Olympes de Gouges, Déclaration des droits de la femme. Plus d’informations ici.

 

Y a-t-il un dualisme du corps et de l’esprit (on dit plus souvent de l’âme), qui seraient deux réalités distinctes ?

« Je pense donc je suis » de Descartes

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

4 réponses

  1. ena dit :

    « une lettre placée pour dans raisons d’euphonie »
    Pas très euphonique, tout ça…

  2. thierry dit :

    Merci enfin j’ai des explications claires qui me permettront de m’en souvenir plutôt que d’apprendre par coeur l’expression et de me demander à chaque fois comment ça s’écrit 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *