« Emprunt » et « empreint » : quelle différence ?

emprunt empreint homonymes

Portrait d’un savant, Rembrandt, 1631 | Wikimedia Commons

« Emprunt » ou « empreint » : quelle différence ?


Ce ne sont pas des homophones : ces mots se prononcent de manière légèrement différente. 

 

Emprunt

Se prononce comme : parfum, brun ou un. 

Nom masculin dérivé du verbe « emprunter » (un déverbal) qui désigne le fait de recevoir quelque chose à titre de prêt, ou la chose prêtée elle-même. 

L’adjectif est « emprunté » (qui peut aussi signifier maladroit, manquant de naturel, etc.). 

 

Exemples

Un jour vient où l’être vrai reparaît, que le temps lentement déshabille de tous ses vêtements d’emprunt.

Gide, Les Faux-Monnayeurs

 

[…] si bien qu’un jour elle lui montra le modèle d’une autorisation générale pour « gérer et administrer ses affaires, faire tous emprunts, signer et endosser tous billets, payer toutes sommes, etc. » Elle avait profité des leçons de Lheureux.

Flaubert, Madame Bovary

 

Or, plus les taux d’intérêt montent, plus l’Etat doit débourser d’argent pour financer ses propres emprunts… ce qui creuse encore plus sa dette. C’est le genre de mécanique infernale qui menace les Etats surendettés, comme la Grèce dans les années 2010.

VOIR ICI : « à » ou « a » ? 

 

Empreint

Se prononce comme : Agen, vin, main.

Participe passé du verbe « empreindre », « marquer quelque chose » (du latin imprimere, « appuyer sur », « appliquer sur »).

On connaît le dérivé « empreinte »

« Être empreint de », toujours suivi de la préposition « de », signifie « être marqué de ».

Exemples

Comme, dans l’obscurité, il promenait sa main sur la terre molle pour s’assurer que l’empreinte était entièrement effacée, il sentit tomber quelque chose sur ses mains, c’était tout un côté des cheveux de Mathilde, qu’elle avait coupé et qu’elle lui jetait.

Stendhal, Le Rouge et le Noir 

 

Il était impossible de méconnaître dans l’accent de ces paroles les espérances d’un cœur à son insu passionné. Aussi madame Grandet jeta-t-elle à sa fille un regard empreint de maternité, puis tout bas à l’oreille : — Prends garde, tu l’aimerais, dit-elle.

Balzac, Eugénie Grandet

 

Aussi tous les changements bizarres qui se produisent dans l’attitude respective de la meunière et de l’enfant et qui ne trouvent leur explication que dans les progrès d’un amour naissant me paraissaient empreints d’un profond mystère dont je me figurais volontiers que la source devait être dans ce nom inconnu et si doux de « Champi » qui mettait sur l’enfant, qui le portait sans que je susse pourquoi, sa couleur vive, empourprée et charmante.

Proust, À la recherche du temps perdu

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *