« Appel » ou « appelle » ? orthographe

« Appel » est un nom qui désigne, en général, le fait d’attirer l’attention d’autrui, d’une quelconque manière que ce soit, par la voix, par écrit, par téléphone, etc. Ce sens général a donné de nombreux sens dérivés, comme l’« appel » au sens de « vérification de la présence des individus au sein d’une instance » (l’appel des élèves dans la classe), l’« appel sous les drapeaux », le fait de convoquer des citoyens pour qu’ils exercent leur service militaire ou qu’ils partent à la guerre (les « appelés »), l’« appel » en droit, qui permet à une partie de contester son jugement auprès d’une instance supérieure, etc. « Appel » est un nom dérivé d’un verbe, « appeler » (on parle en grammaire de « déverbal »). Exemples :

  • le professeur fait l’appel au début de chaque cours ;
  • le gouvernement a entendu les appels au secours des soignants ;
  • je n’ai pas répondu à son appel du pied (expression qui signifie : faire connaître un souhait de manière discrète) ;
  • l’entreprise a fait appel du jugement qui la condamnait à une forte amende ;
  • quatre agences d’architecture ont répondu à l’appel d’offre émis par la mairie pour la construction d’une piscine ;
  • « car, bien qu’il vînt miauler sous les fenêtres, son appel n’éveillait pas toujours les dormeurs de la maison » (Gautier, Ménagerie intime)
  • etc.

 

L’homonyme « appelle », avec deux « l », est un forme conjuguée du verbe « appeler » (avec un seul « l »). Cette forme correspond à la première & troisième personne du singulier du présent de l’indicatif (il « appelle »), à la première & troisième personne du singulier du subjonctif présent (qu’il « appelle »), ou au la deuxième personne du singulier de l’impératif (« appelle ! »). Exemples :

  • j’appelle ma grand-mère tous les jours ;
  • elle appelle ses enfants par de drôles de surnoms ;
  • les participants doivent attendre que je les appelle avant de me rejoindre ;
  • il faut attendre qu’il nous appelle avant de partir du café ;
  • je t’en supplie, appelle-le demain !

Exemple avec les deux termes dans une seule phrase : « je ne l’appelle pas au téléphone avant d’avoir reçus deux appels en absence ».

Attention : le participe présent du verbe « appeler » ne compte qu’un seul « l » : « ils ont appelé ».

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.