« Cœur » et « chœur » : quelle différence ?

Cœur et chœur sont des homonymes.

 

Cœur : l’organe


chœur et cœur homonymes difference

Attribué à Jan l’Admiral | Rijksmuseum

Du latin classique cor, cordis (kordia en grec)

Le cœur est l’organe moteur de la circulation du sang dans le corps. Depuis l’Antiquité, il est aussi, par métaphore, le siège des émotions, des passions, des sentiments (amoureux), le moteur de la volonté (tu as du cœur, il met du cœur à l’ouvrage). Le cœur est le symbole de l’amour.

 

Exemples : 

Son cœur bat à la chamade !

 

DON DIÈGUE : Rodrigue, as-tu du cœur ?

DON RODRIGUE : Tout autre que mon père
L’éprouverait sur l’heure.

Corneille, Le Cid, I, 5

 

Fermés au pic de la crise sanitaire du printemps, puis rouverts sur dérogation, avant de retrouver cet été, leur animation d’antan.. les marchés de plein vent sont souvent -pour quelques heures au moins-, le coeur battant d’une commune.

Lesechos.fr

Voir ici : que signifie « cordiforme » ?

 

Chœur : le chant


Du latin chorus, lui-même tiré du grec khoros.

Dans la tragédie antique, le chœur était le groupe de chanteurs (les choreutes, dont le chef était le coryphée) qui décrivait l’action et pouvait y participer, puis, dans le christianisme, ceux qui chantaient pendant les offices dans l’église.

Par extension, le chœur désigne dans la musique occidentale les ensembles vocaux qui chantent à l’unisson (le chœur des esclaves hébreux de Verdi par exemple, Va, pensiero). On parle aussi de chorale. À partir de cette idée de chant à l’unisson, le terme peut s’appliquer à un groupe de personnes qui parle à l’unisson (ex : ils reprenaient en chœur ce slogan…).

Par métonymie, le chœur désigne la partie de la nef d’une église où l’on chante pendant les offices.

 

Exemples 

Je n’étais pas tout à fait étranger à Dol ; mon père en était chanoine, comme descendant et représentant de la maison de Guillaume de Chateaubriand, sire de Beaufort, fondateur en 1529 d’une première stalle, dans le chœur de la cathédrale

Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe

 

Après le déjeuner, le soleil, conscient que c’était samedi, flânait une heure de plus au haut du ciel, et quand quelqu’un, pensant qu’on était en retard pour la promenade, disait : « Comment, seulement deux heures ? » en voyant passer les deux coups du clocher de Saint-Hilaire (qui ont l’habitude de ne rencontrer encore personne dans les chemins désertés à cause du repas de midi ou de la sieste, le long de la rivière vive et blanche que le pêcheur même a abandonnée, et passent solitaires dans le ciel vacant où ne restent que quelques nuages paresseux), tout le monde en chœur lui répondait : « Mais ce qui vous trompe, c’est qu’on a déjeuné une heure plus tôt, vous savez bien que c’est samedi ! »

Proust, À la recherche du temps perdu

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *