263 Vues
Enregistrer

« Cœur » et « chœur » : deux homophones à distinguer !

Publié le 24/12/2020
2 commentaires

Des homophones

Cœur et chœur sont deux homophones.

Cœur : l’organe

Du latin classique cor, cordis (kordia en grec)Le cœur est l’organe moteur de la circulation du sang dans le corps. Depuis l’Antiquité, il est aussi, par métaphore, le siège des émotions, des passions, des sentiments (amoureux), le moteur de la volonté (tu as du cœur, il met du cœur à l’ouvrage). Le cœur est le symbole de l’amour. 

Exemples

  • Son cœur bat à la chamade !
  • La rue Victor Hugo est le cœur battant de la ville, là où se trouvent tous les commerces et de nombreux artistes de rue qui essaient d’égayer les passants. 
  • Bien que le résultat n’ait pas été parfait, il fut recompensé car il avait mis du cœur à l’ouvrage
  • Je n’ai plus le cœur à m’amuser. 

Voir ici : que signifie « cordiforme » ?

 

Chœur : le chant

Du latin chorus, lui-même tiré du grec khoros

  • Dans la tragédie antique, le chœur était le groupe de chanteurs (les choreutes, dont le chef était le coryphée) qui décrivait l’action et pouvait y participer, puis, dans le christianisme, ceux qui chantaient pendant les offices dans l’église.
  • Par extension, le chœur désigne dans la musique occidentale les ensembles vocaux qui chantent à l’unisson (le chœur des esclaves hébreux de Verdi par exemple, Va, pensiero). On parle aussi de chorale. À partir de cette idée de chant à l’unisson, le terme peut s’appliquer à un groupe de personnes qui parle à l’unisson (ex : ils reprenaient en chœur ce slogan…).
  • Par métonymie, le chœur désigne la partie de la nef d’une église où l’on chante pendant les offices.

Exemples 

  • Ils avaient été si émus à la vue du chœur de la cathédrale qu’ils ne purent réprimer un « oh ! » qui fit un grand écho dans toute la nef.
  • Le fils de Charles demanda pour la énième fois si l’on allait bientôt arriver, si bien que tous les voyageurs du bus lui répondirent en chœur que non. 
  • Le petit Eusèbe, l’enfant de chœur que j’ai emmené pour sonner le viatique, est resté tout embarrassé, lorsqu’il a vu où nous allions (Zola, La Conquête de Plassans)