168 Vues
Enregistrer

« Acquis » et « acquit » : quelle différence ?

Publié le 12/10/2020 (m.à.j* le 28/04/2024)
0 commentaire

Acquis et acquit sont des homophones.

Acquis

Participe passé du verbe « acquérir », c’est un adjectif qui qualifie ce qui a été obtenu (être acquis), ce qui est prouvé (« le fait est acquis »), mais aussi un nom qui désigne ce qui est prouvé, assuré, établi, ce qui a été conquis (les fameux « acquis sociaux », c’est-à-dire les droits sociaux et la protection sociale dont bénéficient les citoyens, les « acquis de la science »), les connaissances obtenues par l’étude (les acquis fondamentaux à l’école). « Être à acquis à quelque chose » signifie être dévoué à quelque chose, être convaincu par une cause.

Exemples :

  • Les acquis sociaux, fruits des luttes passées, représentent des garanties essentielles pour les travailleurs, tels que la sécurité de l’emploi, des salaires décents, et des conditions de travail équitables, qui doivent être préservés malgré les pressions économiques et les changements politiques actuels.
  • L’évolution des acquis des élèves se mesure en fonction des connaissances et compétences spécifiées par les programmes d’enseignement, permettant ainsi une évaluation cohérente et uniforme.

L’esprit mercantile commence à les envahir ; l’intérêt devient chez eux le vice national. Déjà, le jeu des banques des divers Etats s’entrave, et des banqueroutes menacent la fortune commune. Tant que la liberté produit de l’or, une république industrielle fait des prodiges ; mais quand l’or est acquis ou épuisé, elle perd son amour de l’indépendance non fondé sur un sentiment moral, mais provenu de la soif du gain et de la passion de l’industrie.

Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe

Voir ici : « martyr » et « martyre », quelle différence ?

 

Un acquit

Dérivé du verbe « acquitter », ce nom est surtout employé dans le domaine juridique. L’acquit est une reconnaissance de paiement, une décharge, une quittance (l’acquit-à-caution en droit douanier). « À l’acquit de quelqu’un » signifie « à la décharge de quelqu’un ». Au billard, c’est le premier coup, par lequel on place sa bille. On l’utilise surtout dans la locution « par acquit de conscience« . 

Exemple : 

  • Elle avait décidé de revoir chaque diapositive du projet, par acquit de conscience, afin d’être le plus prête possible pour la présentation du lendemain.

Léa*, 13 ans, est tombée malade une semaine après sa rentrée, à Paris. Rhume, légère fièvre et maux de tête : les symptômes de la jeune fille inquiètent son père Didier*, qui, pourtant habitué aux rhumes de sa fille, l’amène tout de même passer un test PCR « par acquit de conscience »

Lemonde.fr