172 Vues
Enregistrer

« Banquaire » ou « bancaire » ? orthographe

Publié le 26/12/2017
1 commentaire

On écrit : bancaire. On écrit donc un « compte bancaire » (ou virement, carte, crédit, etc.). La confusion vient bien sûr du fait que l’on écrit « banque », mot duquel il est dérivé, avec les lettres « que ». Banque vient de l’italien banca ou banco, c’est-à-dire « la table, comptoir de vente », ou « le banc » sur lequel les banquiers effectuaient leur commerce, comme d’autres marchands. Bancaire, courant depuis le début du XIXe siècle en français (pas enregistré par le Dictionnaire de l’Académie française avant son édition actuelle), reprend donc le « c » de l’italien. Cela le distingue ainsi bien de banquière, féminin de banquier (emprunté au latin banchiero), désignant au départ la femme du banquier, puis aujourd’hui la femme exerçant cette profession, et qui fait parfois l’objet d’un usage en tant qu’adjectif.

À lire ici : « diagnostic » ou « diagnostique », comment l’écrire ?

Exemples avec bancaire

  • Le système bancaire est un élément clé de l’économie mondiale, en permettant la circulation des fonds et l’investissement dans divers projets et entreprises

Avec ce type de virement bancaire, le bénéficiaire est aussitôt payé, pour peu que sa banque ait elle-même activé le service « réception » du paiement instantané.

Capital.fr

Les banques avaient jusqu’à présent raté le coche de l’Europe des paiements. Encore aujourd’hui, lorsqu’un touriste français règle un achat par carte bancaire en Allemagne, la transaction ne passe pas directement de banque à banque, mais transite par les puissants réseaux américains Visa ou MasterCard.

Lemonde.fr

En 2019, en raison de la mobilisation des Gilets jaunes, les banques avaient gelé voire légèrement diminué les frais bancaires. 2020 devrait jouer une autre partition avec la moitié des banques qui ont prévu d’augmenter les tarifs sur des services dont certains vont progresser de l’ordre de 5 %. 

Leparisien.fr

Les PME-TPE ont nettement amélioré leur situation financière par rapport au milieu des années 2010. Dans un contexte de taux bas, l’accès au crédit bancaire atteint des niveaux inédits.

Latribune.fr