240 Vues
Enregistrer

« De tout temps » ou « de tous temps » ? (orthographe)

Publié le 25/02/2018
1 commentaire

Orthographe

On écrit : « de tout temps » ou « de tous temps ». Le singulier et le pluriel sont admis. Cette locution adverbiale est synonyme de « toujours » ou de « continuellement ». Le singulier est plus courant que le pluriel (cf. Google Ngram, près de 68 000 résultats pour le singulier sur Gallica, presque 18 000 pour le pluriel), mais le pluriel n’est pas fautif pour autant. La forme au singulier est distributive, elle renvoie à chaque élément en particulier, alors que la forme au pluriel est collective, elle renvoie à tous les éléments (ici, les temps, les époques). Dans tous les cas, la nuance  entre les deux formes est trop fine pour être véritable perceptible dans la langue de tous les jours : elles sont synonymes, elles veulent dire la même chose. On trouve ainsi des exemples pour soutenir les deux formes. Le cas est le même pour : en tout cas, de tout côté, en tout genre, en tout lieu, de toute part, à tout propos, de toute sorte, en tout point, en tout sens, etc. On trouve les deux formes sous de grandes plumes, comme on peut le voir dans les exemples donnés ci-dessous. 

Exemples avec le singulier « de tout temps »

  • De tout temps, les États-Unis ont paru être une puissance à même de produire les impressionnantes innovations.
  • « On sent combien il serait ridicule de prétendre que la nature eût travaillé de tout temps pour s’ajuster aux inventions de nos arts arbitraires, qui tous ont paru si tard ; mais il est bien évident que si les nez n’ont pas été faits pour les besicles, ils l’ont été pour l’odorat, et qu’il y a des nez depuis qu’il y a des hommes. » (Voltaire)
  • « Mon innocence enfin commence à me peser.
    Je ne sais de tout temps quelle injuste puissance
    Laisse le crime en paix, et poursuit l’innocence. » (Racine, Andromaque, III, 1, Oreste)

Exemples avec le pluriel « de tous temps »

  • Je ne renâcle pas à sortir de tous temps pour une petite balade après mon déjeuner, afin de faire de l’exercice.
  • « De tous temps, les dieux durent se conformer aux us et coutumes des hommes. »(Nerval, Les Filles du feu)
  • « Oui, le culte promis à des cérémonials, songez quel il peut être, réfléchissez ! simplement l’ancien ou de tous temps, que l’afflux, par exemple, de la symphonie récente des concerts a cru mettre dans l’ombre, au lieu que l’affranchir, installé mal sur les planches et l’y faire régner. » (Mallarmé, Divagations)