On écrit : je me suis dit. On n’écrit jamais « je me suis dis » ni « je me suis dite que… » (si l’on est une femme). En effet, « dit » est ici le participe passé de « dire ». Le verbe est conjugué à la première personne du singulier du passé composé à la forme pronominale.

« Dis », avec la terminaison en « s », correspond à la première personne du singulier du présent de l’indicatif : « je dis des choses que je regrette parfois » / « je me dis que si je fais les efforts, je peux réussir ».

Le participe passé de « se dire » ne s’accorde pas au féminin dans ce morceau de phrase : en effet, bien qu’il soit employé avec l’auxiliaire « être », ce n’est pas moi qui suit « dit », ce qu’indique « me » qui est un complément d’objet indirect (COI). Je me suis dit que…  ⇔ J’ai dit à me que… ⇔ J’ai dit à moi-même que… « Me » est bien un COI.

En revanche, on doit écrire « la première chose que je me suis dite ». Dans ce cas, l’accord s’impose parce qu’un complément d’objet direct (COD) précède le verbe. Ce COD est le pronom relatif « que », qui reprend l’antécédent « la première chose » (il est mis à sa place et en reprend les caractéristiques). Il faut donc accorder le participe passé avec la « la première chose » (au féminin) : « dite ».

Exemples : 

  • Je me suis dit, moi, ta sœur, que je devais d’aider, quand je t’ai vue dans une situation si désespérée.
  • À ce moment, en tant que directrice de l’école, je suis me dit que tu étais bien meilleure élève que les autres, et que je devais faire quelque chose pour te permettre de révéler tout ton potentiel.
  • Bien que confiante, je me suis dit que j’allais tâcher de rester concentrée pour ne pas faire de faute.

À lire en cliquant ici : elle s’est laissée faire ou elle s’est laissé faire ?