90 Vues
Enregistrer

Être dans le coaltar : définition & origine [expression]

Publié le 18/05/2021
0 commentaire

Être dans le coaltar : être dans les vapes, ne rien comprendre à son état, être hébété. On écrit plutôt « coaltar » que « coltar ». Exemples :

  • Après cette nuit terrible dont je ne me souviens que par extraits, je me suis réveillé dans le coaltar dans une chambre qui n’était pas la mienne.
  • Elle est dans le coaltar depuis hier, je ne comprends pas pourquoi. Le voyage n’a pas dû lui réussir.
  • Son accident n’a pas de conséquences graves, mais il est dans le coaltar depuis deux semaines, et n’en sort pas vraiment depuis.
  • On rentrait au petit matin presque sourds, encore éblouis par les stroboscopes et le tourbillon des boules à facettes, se couchait tout habillés, se réveillait dans le coaltar, tentait de prendre une douche, toujours froide, avec le rachitique filet d’eau que voulait bien lâcher un pommeau rouillé à force de sécheresse. (Lorientlejour.fr)
  • Le Rouillé : De quoi s’agit-il patron ?
    San Antonio : Un gus accidenté est dans le coaltar depuis un certain temps, or il sait des choses que j’aimerais lui faire raconter.
    Le Rouillé : Je vois. C’est un vrai coma ? (Dard, San-Antonio, Vol au-dessus d’un lit de cocu)

 

Être dans le coaltar : origine de l’expression

Cette expression renforce « être dans le cirage ». Le coaltar (dans l’anglais coal, « charbon », tar, « goudron ») est un goudron minéral extrait de la houille. Il servait à protéger le bois de l’humidité. Il est noir et visqueux, d’où l’idée d’être de ne rien voir, ne rien comprendre, être dans le brouillard. Cette expression date probablement du milieu du XXe siècle (depuis les année 1960 environ dans les écrits). Elle est toujours familière et rare dans les écrits, et de plus en plus rare à l’oral (elle a une sonorité « Trente Glorieuses »).

Voir ici : pourquoi dit-on « payer en monnaie de singe » ?