« Faire partie » ou « faire parti » : orthographe

Faire parti faire partie

Boulevard des Capucines, Constantin Korovine, 1911 | Wikimedia Commons

« Faire partie » ou « faire parti » : orthographe


On écrit

Faire partie

On est une partie (invariable, du latin pars)  de quelque chose, on est l’élément individuel d’un tout, comme d’une organisation, d’un groupe, d’une association, ou même des meubles ou du décor (au sens de « être là depuis longtemps au point de se faire oublier »). 

Un parti (sans « e ») signifie en revanche (voir ici un article complet) : 

  • un groupe ou une association de personnes (un parti politique) ;
  • un choix, une décision ;
  • un conjoint (un bon parti). 

Voir ici :  à pieds ou à pied.

Exemples

Une des femmes de chambre de madame de La Mole donnait soirée, les domestiques prenaient du punch fort gaiement. Ceux qui rient ainsi, pensa Julien, ne doivent pas faire partie de l’expédition nocturne, ils seraient plus sérieux.

Stendhal, Le Rouge et le Noir

 

Si, dans les romans que j’ai écrits j’ai touché à ma propre histoire, dans les histoires que j’ai racontées j’ai placé des souvenirs de l’histoire vivante dont j’avais fait partie.

Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe

 

Le pain neutralise le goût des autres aliments, il l’efface ; c’est pourquoi il fait partie de tous les repas.

Nietzsche, Humain, trop humain

 

Cette prétention de s’arroger un droit unique sur les promenades comme sur le jeu de Morel et jadis de Dechambre, et de contraindre les paysages à faire partie du petit clan, n’était pas du reste aussi absurde qu’elle semble au premier abord.

Proust, À la recherche du temps perdu

 

Afin d’effectuer ce saut inouï, Descartes se remémore une vieille hypothèse, celle d’un Dieu trompeur et omnipotent. Cette idée d’une divinité toute-puissante capable de produire une illusion complète semble faire partie d’un fond commun pluriséculaire, car on la trouve chez certains auteurs médiévaux occidentaux mais aussi dans les écrits de l’Inde ancienne. C’est elle qui va permettre à Descartes d’effectuer le dernier saut en vue d’atteindre le doute le plus extrême et radical.

Article sur la première méditation métaphysique de Descartes

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Piquemal Danielle dit :

    Toujours aussi intéressant et bien presente
    Merci

  2. Adil dit :

    On peut dire aussi: n’ayant pas le choix, je vais faire mon parti de cette décision

  3. Fadhila Jebri dit :

    J ai tjs pensé que partie est feminin merci pour l explication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *