« Immigrer », « émigrer », « migrer » : quelle différence ?

« Immigrer », « émigrer », « migrer » sont deux verbes paronymes. La prononciation et le sens de ces verbes est proche, ce qui peut prêter à confusion.

 

Immigrer : définition


Du latin immigrare, « passer dans, pénétrer » du préfixe -im (variante de -in) « dans, à l’intérieur de » et de migrare, « s’en aller d’un endroit, changer de séjour, partir, émigrer », « emménager, emporter, transporter ».

Le verbe immigrer signifie : s’établir dans un pays dont on n’est pas originaire, s’y installer.

« Immigrer » est surtout employé à propos d’une personne venant d’un pays en voie de développement qui s’installe dans un pays industriel dans l’espoir d’avoir une vie plus confortable, de trouver un emploi mieux rémunéré, etc. Mais ce n’est pas un emploi exclusif : il s’emploie aussi à propos d’une personne qui quitte un pays riche pour en rejoindre un autre (ex : un Français immigre au Québec).

De nombreux Honduriens tentent d’immigrer aux États-Unis pour fuir une grave crise sociale. Dans leur périple vers le nord, ils rencontrent de nombreux dangers, comme le trafic d’êtres humains.

rfi.fr

On parle dans la langue courante d’un « immigré ». Le synonyme « immigrant » est plus rare. Ces termes ne sont pas exactement synonymes d’« étrangers », puisqu’une personne immigrée peut acquérir la nationalité de son pays d’accueil.

Cette croissance est alimentée par des étudiants qui se concentrent dans la ville-centre et y trouvent leur premier emploi, de jeunes couples de cadres diplômés à Paris et séduits par le cadre de vie périurbain d’une métropole moyenne, ou encore de jeunes immigrés qui viennent terminer leurs études ou trouver un emploi.

Thomas Aguilera, Jeanne Chauvel, Sociologie de Rennes

L’« immigration » désigne le fait que des personnes d’origine étrangère s’installent en France pour y séjourner durablement, le plus souvent pour y trouver un emploi. Le terme n’est pas neutre : c’est un enjeu politique important pour les pays d’accueil.

Les principaux théâtres de cette agitation migratoire sont les enclaves de Ceuta et Melilla, Gibraltar, Lampedusa, Malte, les Canaries, le Bosphore… où une réelle économie s’est développée autour de l’immigration clandestine, installant ainsi de nombreux commerces illégaux : visas, contrats de travail, cartes de séjour, passeurs…

Bouchra Rahmoun, Younes Slaoui, Géopolitique de la Méditerranée

À lire en cliquant ici : « naguère », « jadis », « antan », quelle différence ?

 

Émigrer : définition


Du latin emigrare, « sortir de, changer de demeure, déménager, émigrer », « faire sortir, chasser », du préfixe -ex, « hors de », et de migrare.

Le verbe émigrer signifie : quitter son pays pour aller vivre dans un autre. 

« Émigrer » est plus rare qu’« immigrer ». Ce verbe fixe l’attention sur le fait de partir d’un pays plutôt que de s’installer dans un autre. 

[…] la communauté juive. Face à un antisionisme d’État de plus en plus marqué, des centaines de milliers de Juifs demandent, notamment à partir du début des années 1970, à émigrer en Israël.

Nicolas Werth, Histoire de l’Union soviétique, de Khrouchtchev à Gorbatchev

Il a en France une utilisation historique spécifique : il désigne le départ de certains Français vers l’étranger au début de la Révolution française de 1789, surtout d’anciens membres de la noblesse.

Il est parfois employé à propos d’animaux qui quittent une région pour séjourner pour une saison dans une autre. Les dérivés « émigré » ou « émigrant » sont plus rares qu’« immigré » et « immigrant ». Le dérivé « émigration » désigne les départs de personnes ou de populations depuis un pays. Il désigne aussi, en histoire, la fuite de certaines personnes hors de France pendant la Révolution.

Armand, depuis longtemps enfermé au collège, quitta la France en 1790, servit pendant toute l’émigration, fit intrépidement dans une chaloupe vingt voyages à la côte de Bretagne, et vint enfin mourir pour le roi à la plaine de Grenelle, le vendredi saint de l’année 1809 […]

Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe

 

Migrer : définition


Du latin migrare.

Le verbe « migrer » signifie : faire une migration, changer de région, de pays, d’environnement, etc. Ce verbe est surtout employé à propos des animaux migrateurs.

L’oiseau fait également preuve d’adaptabilité dans son comportement migratoire. Dans le passé, tous les milans royaux suisses migraient en automne vers la péninsule Ibérique pour y passer l’hiver.

swissinfo.ch

Il est parfois employé à propos des personnes.

Les migrations intérieures sont elles aussi massives : dans la seconde moitié du xixe siècle, près de cinq millions d’Allemands migrent d’est en ouest, principalement vers la Ruhr et en ville.

Johann Chapoutot, Histoire de l’Allemagne

Depuis quelques années, le terme « migrants » est apparu dans le débat public : c’est un terme ambigu, aux contours mal définis, qui désigne les personnes qui cherchent à s’installer dans un pays en quête de meilleures conditions de vie ou d’un emploi, ou des personnes qui fuient des zones de guerre, des réfugiés. Par extension, « migrer » est employé pour : « se déplacer, être transféré, déménager ».

Longtemps très rentables, ces hebdomadaires connaissent une violente récession parce que les annonces migrent de plus en plus sur le Web.

Patrick Eveno, La Presse

« Migrer » est aussi employé en informatique pour : transférer un ensemble de fichier d’un support à un autre. Le dérivé « migration » désigne surtout les voyages que font les animaux d’une saison à l’autre.

Lors de sa première migration, un oiseau est guidé de manière innée par des repères célestes (les oiseaux volent surtout la nuit)et par le champ magnétique terrestre.

Peter H Raven, ‎Kenneth A Mason, ‎Georges B Johnson, Biologie

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.