Âcre, âpre et aigre : quelle différence ?

Âcre, âpre et aigre sont des adjectifs quasi synonymes. 

 

Âcre : définition


Âcre, du latin acer, acris, « pointu, perçant » (grec akhros, pointu, de akhis), qualifie quelque chose de piquant, d’irritant, au goût, aux yeux, voire à l’ouïe. Selon Littré, il y dans cet adjectif l’idée de quelque chose qui brûle, comme la moutarde ou le piment. En effet, on qualifie volontiers une fumée d’ « âcre ».

Par extension, peuvent être âcres des paroles, une humeur, une attitude, etc.

Le nom « acreté » est rare.

L’acrimonie désigne surtout le sentiment de chagrin, de tristesse, de méchanceté, qui conduit à adresser des paroles blessantes aux autres. Une personne pleine d’acrimonie est acrimonieuse.

 

Exemple 

Tu lui dis : Viens ! c’est moi ! moi que rien ne corrompt ;
Je t’aime ! et tu répands dans l’ombre, sur son front
Où de l’artère ardente il sent battre les ondes,
L’âcre fraîcheur de l’herbe et des feuilles profondes !

Hugo, Les Châtiments, Force des choses

 

Âpre : définition


Âpre, du latin asper, « rugueux, dur », est synonyme d’âcre, mais peut en plus être appliqué au toucher. En effet, âpre qualifie aussi ce qui est désagréable au toucher à cause des inégalités de sa surface, ce qui est rugueux, râpeux. Selon Littré, est âpre ce qui est désagréable comme ce qui est acide, astringent, à l’instar des fruits verts.

Par extension, est âpre ce qui est dur, sévère, désagréable, rude. Ainsi, Victor Hugo (1802 – 1885) aime user de son « âpre hiver« .

Cet adjectif qualifie aussi ce qui exerce une forte emprise sur l’esprit, comme l’argent : une personne avide d’argent est par exemple âpre au gain.

Le nom lié est l’âpreté.

 

Exemples

Fabrice avait un cœur italien ; j’en demande pardon pour lui : ce défaut, qui le rendra moins aimable, consistait surtout en ceci : il n’avait de vanité que par accès, et l’aspect seul de la beauté sublime le portait à l’attendrissement, et ôtait à ses chagrins leur pointe âpre et dure

Stendhal, La Chartreuse de Parme

 

Mais cette mer, qu’à cause de cela j’avais imaginée venant mourir au pied du vitrail, était à plus de cinq lieues de distance, à Balbec-Plage, et, à côté de sa coupole, ce clocher que, parce que j’avais lu qu’il était lui-même une âpre falaise normande où s’amassaient les grains, où tournoyaient les oiseaux, […]

Proust, À la recherche du temps perdu

 

Voir ici : ironie et sarcasme, quelle différence ?

 

Aigre : définition


Aigre, de même étymologie qu’âpre, qualifie surtout ce qui a une acidité déplaisante, comme le vinaigre. 

Par extension, est aigre ce qui émet un son si perçant qu’il en désagréable, comme un instrument mal accordé, ou une voix trop aiguë. Synonyme d’âcre et d’âpre, ce qui est aigre est dur, méchant, blessant pour les autres.

Une personne aigrie est irritable, pleine de ressentiment pour les autres. 

 

Exemples 

Dégagé de tous liens, j’avais, d’une part, des disputes assez vives avec mon frère et le président de Rosambo ; de l’autre, des discussions non moins aigres avec Ginguené, Laharpe et Chamfort. Dès ma jeunesse, mon impartialité politique ne plaisait à personne. 

Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe

 

Charles revint donc encore une fois sur cette question du piano. Emma répondit avec aigreur qu’il valait mieux le vendre. Ce pauvre piano, qui lui avait causé tant de vaniteuses satisfactions, le voir s’en aller, c’était pour Bovary comme l’indéfinissable suicide d’une partie d’elle-même !

Flaubert, Madame Bovary

 

Je n’ai pas oublié le son de la clochette d’un marchand de coco d’autrefois
J’entends déjà le son aigre de cette voix à venir
Du camarade qui se promènera avec toi en Europe
Tout en restant en Amérique

Apollinaire, Arbre

Voir ici : intox et infox, quelle différence ?

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *