« Quelque temps » ou « quelques temps » : orthographe

On écrit : « quelque temps ». 

Cette locution adverbiale est invariable. L’article indéfini « quelque » ne doit pas être écrit au pluriel. En effet, il est synonyme de « un certain » ou « un quelconque » et permet de désigner quelque chose d’indénombrable (qu’on ne peut compter). 

On retrouve d’ailleurs l’article « quelque » dans d’autres locutions comme « quelque chose », « quelque part », « en quelque sorte », ou « quelque peu ».

Voir ici : quelle différence entre « quelque », « quelques » et « quel que » ?

 

Exemples avec quelque temps :


quelque temps ou quelques temps

Je pourrai retrouver ma famille dans quelque temps

>>> Je pourrai retrouver ma famille dans un certain temps

 

Il faut quelque temps pour parcourir la distance qui sépare ces deux villes. 

>>> Il faut un certain temps pour parcourir la distance qui sépare ces deux villes. 

Après avoir erré quelque temps dans le Denbighshire

Baudelaire, Les Paradis artificiels

 

 « Je crois qu’il a beaucoup de soucis avec sa coquine de femme qui vit au su de tout Combray avec un certain monsieur de Charlus. C’est la fable de la ville. » Ma mère fit remarquer qu’il avait pourtant l’air bien moins triste depuis quelque temps.

Proust, À la recherche du temps perdu

 

Gertrude est opérable. Roux l’affirme et demande qu’elle lui soit confiée quelque temps

Gide, La symphonie pastorale, cité par le TLFi

 

Depuis quelque temps, les enquêteurs travailleraient sur le fonctionnement et les moyens financiers de ce magasin de dépannage, ouvert en 2011. 

Estrepublicain.fr

Voir ici : repère et repaire, quelle différence ?

 

Au pluriel


On peut écrire « quelques temps » avec « quelque » au pluriel lorsqu’il est question de parler de plusieurs temps déterminés. 

Exemples

Ce match de football a été marqué par quelques temps forts en deuxième mi-temps.

 

La forme au pluriel semble toutefois se développer, les « temps » en question devenant des « moments » dénombrables :

En France, « depuis quelques temps, on connaît une sécheresse des sols comme de l’air, donc tous les éléments sont réunis » pour des départs de feu, estime le porte-parole de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers (FNSPF), Eric Brocardi, qui appelle à une grande vigilance.

Lemonde.fr

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *