179 Vues
Enregistrer

« Je ferai » ou « je ferais » ? orthographe et conjugaison

Publié le 18/11/2020 (m.à.j* le 29/11/2022)
5 commentaires

« Je ferai » et « je ferais » sont deux formes conjuguées homophones du verbe faire. La première est au futur simple de l’indicatif, la seconde au conditionnel présent. Les valeurs proches de ces deux formes peuvent prêter à confusion. Cette confusion fait partie d’une série de conjugaisons qui posent souvent des problèmes aux francophones ou à ceux qui apprennent le français.

Je ferai : quand l’écrire ?

Cette forme correspond à la première personne du singulier du futur de l’indicatif du verbe « faire ». Elle exprime ce que l’on est certain de faire à l’avenir, de faire une promesse, ou ce que l’on est sûr de faire dans un futur hypothétique (un futur incertain), si une condition se réalise. Exemples :

  • Demain, je ferai la cuisine pour nos invités.
    • Il est certain que je ferai la cuisine pour nos invités, personne d’autre ne la fera.
  • S’il ne pleut pas demain, je ferai des courses au marché. 
    • J’irai certainement faire des courses au marché, à la condition qu’il ne pleuve pas demain.
  • Je ferai le ménage dès 18h!
    • Une promesse.
  • Lucien ne pouvait se fâcher, mais il suait dans son harnais.
    — Eh ! bien, je le lirai, dit Dauriat en faisant un geste royal qui montrait toute l’étendue de cette concession. Si tes sonnets sont à la hauteur du dix-neuvième siècle, je ferai de toi, mon petit, un grand poète. (Balzac, Illusions perdues)

    • Lucien sera le « petit, grand poète » de Dauriat si ses sonnets sont à la hauteur du siècle.

À lire en cliquant ici : « j’ai fais » ou « j’ai fait » ?

Je ferais : quand l’écrire ?

Cette forme correspond à la première personne du singulier du présent du conditionnel présent du verbe faire. Elle permet :

  • d’exprimer un souhait : « Je ferais bien une courte sieste. »
  • de former le potentiel (l’action hypothétique a le potentiel de se réaliser) : « Je sais que je ferais des choses extraordinaires, mais on ne m’en donne pas les moyens. » / « Je ferais la vaisselle si tu me laissais partir »
  • de former l’irréel du présent (une action ne peut être réalisée car la condition pour la réaliser est impossible) : « Je ferais de nombreux voyages si j’en avais les moyens ».
    • Je pourrais faire de nombreux voyages si j’en avais les moyens, mais je n’en ai pas, et je n’en aurai pas dans un futur proche.
  • de parler de l’avenir vu du passé (ce que l’on pensait de l’avenir vu depuis un moment du passé) : « On avait alors décidé que je ferais une heure mathématiques par jour. »
  • de retranscrire le discours direct au futur simple dans le discours indirect : « “Tu feras une grande carrière, je te le dis. ” Elle a dit que je ferais une grande carrière. »
  • d’évoquer une information non vérifiée : « Selon elle, je ferais forte impression aux dîners où je me rends ».
  • de parler de faits imaginaires : « Devenu sorcier, je ferais des potions qui me rendraient immortel ».
  • de formuler une demande de manière atténuée : « Je ferais bien une petite sieste, qu’est-ce que tu en penses ? »
  • de s’indigner dans une phrase exclamative ou interrogative : « Moi ! Je ferais peur à toute la famille à chaque dîner de Noël ? Et puis quoi encore ? »

À lire en cliquant ici : « j’ai dit » ou « j’ai dis » ?