1269 Vues
Enregistrer

« Tout ouïe » ou « toute ouïe » ? (orthographe) 👂🏻

Publié le 04/10/2022 (m.à.j* le 23/05/2024)
3 commentaires

Orthographe

On peut écrire au féminin : « tout ouïe » ou « toute ouïe » (son sens est « écouter quelqu’un attentivement »). Il n’y a pas de norme sur cette question. L’adverbe « tout » sert ici à renforcer le nom « ouïe » (la faculté d’entendre). Ce cas est assez rare, et il est plus courant de voir « tout » avec un adjectif, où il ne varie que devant un nom féminin qui commence par une consonne (« elle est toute fatiguée »).

La logique voudrait qu’avec un nom, « tout » reste invariable, parce qu’il exprime une idée de plénitude, et qu’il est équivalent à « entièrement » ou « complètement ». Surtout, d’autres expressions du même genre, aujourd’hui vieilles, ne varient pas : « elle est tout yeux, tout oreilles », « ils sont tout feu, tout flamme », « elles sont tout sucre tout miel » (on ne rencontre pas ces expressions au féminin sur Gallica). Leur féminisation serait assez peu euphonique « toute feu, toute flamme ».

Toutefois, « toute ouïe » choque moins, et « tout » peut être considéré dans ce cas comme un adjectif qui s’accorde, même s’il n’a pas vraiment de sens comme adjectif. La forme féminine correspond mieux à la prononciation, qui sépare bien les deux termes. Les dictionnaire usuels ne relèvent pas la forme féminine, sauf le TLF. On relève enfin assez peu d’occurrences de « toute ouïe » dans les textes, mais cela s’explique par le fait que cette expression était considérée autrefois comme familière, ce que relèvent encore les dictionnaires. Cela ne semble plus être le cas aujourd’hui. Elle semble appartenir à un langage archaïsant ou soutenu. « Tout ouïe » n’est ainsi pas bien plus courante (800 résultats environ contre 159 retournés par Gallica). On trouve « toute ouïe » dans certaines éditions de Paul et Virginie (1788) de Bernardin de Saint-Pierre, mais cette locution se rapporte à un homme et à une femme. L’auteur ou le typographe a dû suivre la prononciation (ici ou ici). Si l’on se fie à Google Ngram, l’usage à l’écrit « toute ouïe » ne se développe que depuis les années 2000.

Exemples

  • Elle était tout ouïe quand je donnais mes leçons.
  • J’étais tout ouïe devant le brame des cerfs dans la forêt.

Vous devez cliquer ici pour lire l’article : « tout entière » ou « toute entière » ?