« Pâle » et « pale » : quelle différence ?

Pale et pâle sont des homonymes. 

 

Pâle : blafard


pale pâle difference

Monna Vanna, Dante Gabriel Rossetti, 1866 | Source

« Pâle » est un adjectif qui désigne une couleur faible, de peu d’intensité, un teint blafard de visage ou d’une autre partie du corps et, plus généralement, quelque chose de terne

On dit « pâle comme un mort » ou « pâle comme un ligne ». « Se faire porter pâle », c’est se dire malade. 

Pâle vient du latin pallidus, « de couleur jaune pâle ». 

C’est un lieu commun de la littérature que de qualifier une femme de pâle. 

 

Exemples 

Le teint pâle de son visage ne pouvait que susciter l’inquiétude. 

Je n’aime pas les vêtements aux couleurs pâles

Quand il fut nommé régisseur à Lascardais, le comte de Châteaubourg, le père, venait de mourir : M. Livoret qui ne l’avait pas connu, fut installé gardien du castel. La première nuit qu’il y coucha seul, il vit entrer dans son appartement un vieillard pâle, en robe de chambre, en bonnet de nuit, portant une petite lumière. 

Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe

 

Qui eût pu deviner que cette figure de jeune fille, si pâle et si douce, cachait la résolution inébranlable de s’exposer à mille morts plutôt que de ne pas faire fortune ?

Stendhal, Le Rouge et le Noir

 

Voir ici la définition du terme proche : diaphane.

 

Pale : les parties de l’hélice


Pale a plusieurs acceptions, mais les plus usagées désignent la partie plate d’une rame, ou les parties qui forment une hélice, d’hélicoptère, de ventilateur, etc.

Pale vient du latin pala, « pelle ». 

 

Exemples : 

Les pales de l’hélicoptère n’ont pas résisté au vent. 

Ils nous ont attaqués avec les pales de leurs rames. 

La métaphore pour les emmerdes est souvent aérienne. L’imaginatif Jacques Chirac assurait qu’elles volaient en escadrille. De l’autre côté de l’Atlantique, les embêtements sont dispersés façon puzzle lorsqu’ils percutent les pales d’un ventilateur.

Lemonde.fr

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

3 réponses

  1. Françoise Provost dit :

    IL faudrait ajouter que ces deux mots ne se prononcent pas de la même façon, l’accent circonflexe sur le a en témoigne. La confusion à l’oral est impossible si on respecte la prononciation correcte (cf jeûne et jeune, hélas prononcés de plus en plus pareil )

  2. Jeumeu dit :

    En matière de prononciation pourquoi ne pas utiliser l’API (alphabet phonétique international — créé par le linguiste-phonéticien Paul Passy ET le célébrissime prof. Daniel Jones, « rosbif » grand teint !) ? JM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *