On écrit : plutôt « rouvrir ».

L’emploi de la forme « rouvrir » domine. 

Contre la logique, on tire du verbe « rouvrir » le nom « réouverture ». Le participe passé de « rouvrir » est « rouvert » et pas « réouvert ». 

Cette contraction du préfixe « re- » (qui signifie « faire quelque chose de nouveau») s’explique peut-être par des raisons d’euphonie : il est plus complexe et moins mélodique de prononcer « réouvrir » que « rouvrir », une syllabe se terminant par une voyelle précède ici une syllabe commençant par une voyelle (mais alors pourquoi « réouverture » ?).

Conjugaison au présent de l’indicatif : 

je rouvre
tu rouvres
il rouvre
nous rouvrons
vous rouvrez
ils rouvrent

 

Exemples avec rouvrir


Le magasin a rouvert après deux mois de travaux. 

Soudain, elle rouvre la porte pour entrer dans la chambre. 

La réouverture de l’université n’est pas encore prévue. 

Ils ont promis qu’ils ne rouvriront pas les yeux avant ce soir. 

Cette société, que j’ai remarquée la première dans ma vie, est aussi la première qui ait disparu à mes yeux. J’ai vu la mort entrer sous ce toit de paix et de bénédiction, le rendre peu à peu solitaire, fermer une chambre et puis une autre qui ne se rouvrait plus.

Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe

 

Celle-ci, en effet, pendant qu’il se livrait à ces invectives, était probablement, sans qu’il s’en aperçût, occupée d’un objet tout à fait différent, car une fois arrivé chez lui, à peine eut-il refermé la porte cochère, que brusquement il se frappa le front, et, la faisant rouvrir, ressortit en s’écriant d’une voix naturelle cette fois : « Je crois que j’ai trouvé le moyen de me faire inviter demain au dîner de Chatou ! »

Proust, À la recherche du temps perdu

 

Les yeux se sont rouverts sous le manteau qui glisse, le front est dans la pluie, ces prunelles enténébrées roulent, chavirent, avec des traînées de sang dans le blanc révulsé.

Aragon, La Semaine sainte

 

Réouvrir : est-ce correct ?


La forme « réouvrir » n’est pas reconnue par l’Académie française. Elle a cependant été utilisée, mais plus rarement que « rouvrir ». On en trouve des emplois dans la littérature française : 

La porte du petit salon, non plus, n’avait pas été fermée ou avait été réouverte

Gaston Leroux, Rouletabille chez le Tsar

Dans la loi : 

En cas d’imputation portant sur un fait susceptible de revêtir une qualification pénale, le délai de prescription prévu par l’article 65 est réouvert ou court à nouveau, au profit de la personne visée, à compter du jour où est devenue définitive une décision pénale intervenue sur ces faits et ne la mettant pas en cause.

Article 65-2 de la loi du 29 juillet 1881

On trouve aussi « réouvert » dans la presse :

L’association SOS Méditerranée a souligné, mardi 17 septembre, un tournant « positif » en Italie, qui a de facto réouvert ses ports aux navires de sauvetage en laissant débarquer, samedi, 82 migrants de l’Ocean-Viking à Lampedusa.

Lemonde.fr

 

Être libre, ou ne pas l’être : Peter Brook parle aussi de sa nouvelle création The Prisoner, à voir à partir du 6 mars 2018 au théâtre des Bouffes du Nord, théâtre qu’il a ré-ouvert et qui fut le sien. 

Franceculture.fr, Peter Brook à livre ouvert, 15 février 2018

Par ailleurs, le site du Larousse conjugue le verbe « réouvrir ».