Science infuse : définition & origine [expression]

Avoir la science infuse signifie : tout savoir, prétendre tout savoir, posséder un savoir reçu par un don surnaturel, être omniscient.

Cette expression est souvent employée par antiphrase.

Elle est aussi souvent employée au négatif : quand on dit d‘une personne qu’« elle n’a pas la science infuse », on moque par là le fait qu’elle ne sache pas grand chose, qu’elle prétend savoir sans avoir étudié, qu’elle fait des phrases vaseuses, etc. On peut aussi le dire à propos de soi, par humilité, ou dans une espèce de tactique d’éloquence : on fait une concession sur le fait que l’on ne sait pas tout, mais on affirme quand même quelque chose (exemple « je n’ai pas la science infuse, mais je crois que tu fais ici fausse route »). C’est un procédé qui ressemble à une prétérition.

 

Science infuse : origine de l’expression


Infus, au féminin infuse, du latin infudere, participe passé de infusus « verser dans, répandre sur, faire pénétrer », renvoie à ce qui est possédé naturellement, ce que l’on a sans avoir fait l’effort pour l’acquérir (dans un sens ancien, c’est ce qui est répandu ou infusé).

Il y a bien peu d’adolescents qui n’aient été impressionnés entre 16 et 18 ans, quelquefois jusqu’à l’éblouissement, par l’espèce de connaissance infuse que le Bourgeois paraît avoir de ce qui lui convient et de ce qu’il lui faut.

Bloy, Exégèse des lieux communs

Cet emploi vient de la théologie : la science infuse, du latin chrétien scientia infusa, est le savoir versé par Dieu dans l’âme d’Adam. Ce qui est infus est ce qui est inné chez une personne grâce à Dieu.

Jesus a la science infuse en son divin entendement, emanée de la plénitude de sa grace, & la science béatifique dérivée de sa gloire, par laquelle il voit toutes choses dans le verbe, comme dans un clair miroir, qui les contient & les présente […]

François Bourgoing, Les Véritez et Excellences de Jésus-Christ Nostre Seigneur …, 1649

 

Nous ne vivons plus dans un siècle où l’on examine sérieusement si Adam a eu la science infuse ou non ; ceux qui ont si longtemps agité cette question n’avaient la science ni infuse ni acquise.

Voltaire, Adam

 

Exemple contemporain


C’est que, outre la fidélité, Charles Aznavour se reconnaît ­ à juste titre ­ une autre qualité : la prudence. «Je ne donne jamais de conseils car on en risque beaucoup de mauvais. Et dans notre public, il y a aussi des faibles. Regardez. J’avais les mêmes idées que Montand (Ah bon ?) Mais je ne l’ai jamais dit. J’ai toujours eu peur de me tromper, lui non. Et finalement, il a dû faire son mea culpa, moi non… Le fait d’être connu ne nous donne pas la science infuse.»

Liberation.fr

 

 

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *