« Harde », « hardes » et « horde » : quelle différence ?

« Harde », « hardes » et « horde » sont des paronymes.

 

Harde : les bêtes


Forme féminin de hart, du francique herda, « troupeau ». Une « harde » signifie :

1. un troupeau de bêtes, par exemple un troupeau de cervidés (cerf, daim, etc.) ;

Nulle harde de ruminants ne venait se plonger dans les eaux de l’oued.

Jules Verne, L’Invasion de la mer

Toute la harde, étroitement serrée, frémissait en renâclant. Elle pivota brusquement sur elle-même : d’autres bêtes arrivaient au galop, biches et cerfs pêle-mêle, les yeux fous, se heurtant dans leur course […]

Genevoix, Dernière harde

Plus rarement :

2. une troupe d’oiseaux de proie ;

3. une laisse servant à attacher des chiens ensemble et, par métonymie, la meute de chiens.

À lire ici : « ombragé », « ombrageux » et « ombreux », quelle différence ?

 

Hardes : des vêtements


De l’ancien français farde, prononcé en Gascogne harde : « charge, bagage » et par extension « vêtements », de l’arabe fardah, « balle de vêtements, étoffes » (cf. Dictionnaire historique de la langue française). « Des hardes » signifie : des vêtements médiocres et usagés, des habits de peu de valeur.

La petite Marie, n’ayant pas encore reçu les cadeaux de noces, appelés livrées, était vêtue de ce qu’elle avait de mieux dans ses hardes modestes : une robe de gros drap sombre, un fichu blanc à grands ramages de couleurs voyantes, un tablier d’incarnat […]

Sand, La Mare au diable

 

Horde : des hommes


Du turco-mongole ordu ou orda (ordu en turc moderne signifie « armée ») : le camp du dirigeant, celui du khan, l’armée, le camp militaire. Ce terme est entré en latin médiéval au XIIIe siècle, à la suite des conquêtes faites à la fin du Moyen Âge par les peuples d’Asie centrale au Proche-Orient et en Europe. La « horde » signifie : 

1. forme d’organisation politique et sociale des peuples d’Asie centrale (exemple : la Horde d’or, empire formé au nord de la mer Caspienne à la suite des conquêtes de Gengis Khan) ;

Sur le territoire de la Horde d’or, en Iran, en Asie Centrale, l’élément mongol, minoritaire, fusionne avec les élites turques, créant une nouvelle culture turco-mongole qui, en Iran et en Asie centrale, vient aussi, parfois, se nourrir à la langue persane

Laurent Quisefit . « VI. L’expansion mongole et ses conséquences », Jean Baechler éd., Guerre et Histoire. Hermann, 2019, pp. 71-85.

 

2. par extension et péjorativement : troupe indisciplinée ou foule qui se livre à des excès, des pillages, des violences ;

Et il songeait au traître Wimpfen qui naguère encore, à la tête d’une horde de soixante mille royalistes, marchait sur Paris, et qui, s’il n’avait été arrêté à Vernon par les braves patriotes, eût mis à feu et à sang la ville héroïque et condamnée.

Anatole France, Les Dieux ont soif

Heureusement pour Swann, sous les souffrances nouvelles qui venaient d’entrer dans son âme comme des hordes d’envahisseurs […]

Proust, À la recherche du temps perdu

 

3. une foule indisciplinée ;

Vous raffolez de la neige poudreuse et vierge, en ski ou en snowboard ? Vous aimez le risque et ne goûtez guère de slalomer au milieu d’une horde de skieurs ?

Lesechos.fr

4. une multitude de choses.

J’appellerai beaucoup de songes à mon secours, pour me défendre contre cette horde de vérités qui s’engendrent dans les vieux jours […]

Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.