On écrit « que j’ai faite » lorsqu’un complément d’objet direct (COD, qui répond à la qui ? que ? quoi ?) de genre féminin précède le pronom relatif « que ». En effet, selon la règle, le participe passé conjugué avec l’auxiliaire avoir se conjugue avec le COD si celui-ci le précède. Cela s’explique par le fait que c’est le COD qui est concerné par l’action exprimée par le participe présent « fait ». Exemples :

  • La chose que j’ai faite est terrible.
    • Le COD est le pronom « que », mais on dit qu’il « représente » (il est employé pour) « la chose » (son antécédent). Chose étant un nom féminin, on accorde le participe passé « fait » au féminin : « faite ».
  • La chose que j’ai dite n’était pas drôle du tout.
    • J’ai dit une chose (COD) qui n’était pas drôle du tout.
    • Bien sûr, cette règle s’applique aux autres participes passés.
  • La réponse que j’ai faite à ton ami était tout à fait circonstanciée.
    • J’ai fait une réponse (COD) à ton ami qui était tout à fait circonstanciée.
  • « Mais j’ai un détail à ajouter à la déclaration que j’ai faite au sénat. » (Hugo, Actes et Paroles)

De même, l’accord en nombre doit être fait lorsque le COD est au pluriel ou désigne plusieurs individus.

  • Les premières expériences que j’ai faites de l’amour ont toutes été décevantes.
  • Les devoirs que j’ai faits étaient très nombreux.

Remarque : le participe passé du verbe « faire » ne s’accorde jamais lorsqu’il est suivi d’un infinitif.

  • Les chaussures que j’ai fait faire sont disponibles au magasin.

En effet, dans ce cas, le COD qui précède n’est pas celui de « j’ai fait », mais de l’infinitif « faire » qui suit. La phrase ne correspond pas à « j’ai fait des chaussures faire…» mais à « j’ai fait faire [quoi?] des chaussures…». Autre exemple :

  • Les chevaux que j’ai fait garder à l’étable sont très heureux.
    • J’ai fait garder quoi ? Les chevaux.
Partager