Avarie et avanie : quelle différence ?

Avarie et avanie sont des paronymes, des mots qui se prononcent presque de la même manière.

 

Avarie : définition


L’avarie, terme génois (avaria) qui viendrait, selon le Dictionnaire historique (Robert) de l’arabe awârriyya (de awâr, défaut), désignait le fait de jeter des marchandises par-dessus bord s’il y avait risque de naufrage.

Par extension, le terme a désigné les dommages et pertes survenues au cours d’une expédition maritime, puis, plus généralement, les accidents et les dégradations touchant de la mécanique. On l’emploie surtout à propos d’un accident ou d’un dégât subi par un moyen de transport (train, avion, bateau, voiture, etc.).

L’adjectif « avarié », qui qualifie ce qui s’est dégradé (notamment un consommable, de la nourriture), en est dérivé. 

 

Exemples 

Un marin eût deviné qu’il allait capitonner avec ces morceaux de toile et ces bouts de fil le pli de la corde à nœuds sur le coupant du rocher, de façon à le préserver de toute avarie ; opération qui s’appelle fourrure.

Hugo, Les Travailleurs de la mer

 

Alors que l’on approche des trois semaines de course, il y a déjà quelques éléments de réponse. Après les déboires de Jérémie Beyou (contraint à revenir au point de départ avant de repartir), de Nicolas Troussel (démâtage synonyme d’abandon avec son Corum-L’Epargne) ou encore d’Alex Thomson (des fissures à réparer sur Hugo Boss), c’est au tour d’un autre des favoris d’accuser une sévère avarie : mercredi 25 novembre, alors qu’il occupait la deuxième place derrière Charlie Dalin (Apivia), Thomas Ruyant a été victime d’une avarie au niveau du foil babord de son bateau, LinkedOut.

Lemonde.fr

Voir ici : « de concert » et « de conserve », quelle différence ?

 

Avanie : définition


avarie avanie difference definition

Prométhée enchaîné par Vulcain, Dirck van Barburen, 1623 | Rijksmuseum

L’avanie, de l’italien avania, peut-être dérivé de l’arabe, est la taxe prélevé indûment par les Ottomans sur les marchands chrétiens, les vexations, surtout pécuniaires, qu’ils pouvaient leur faire subir.

Par extension, une avanie est un affront public, un camouflet. 

 

Exemples 

Les religieux de Terre Sainte ont d’autant plus de mérite, qu’en prodiguant aux pèlerins de Jérusalem la charité de Jésus-Christ, ils ont gardé pour eux la Croix qui fut plantée sur ces mêmes bords. Ce Père au cœur limpido e bianco m’assurait encore qu’il trouvait la vie qu’il menait depuis cinquante ans un vero paradiso. Veut-on savoir ce que c’est que ce paradis ? Tous les jours une avanie, la menace des coups de bâton, des fers et de la mort !

Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem

 

À la rigueur, elle acceptait d’avoir subi d’un fournisseur chez qui nous l’avions envoyée une avanie, d’ailleurs probablement imaginaire, pourvu que s’adressant à elle qui nous représentait, qui avait parlé en notre nom, cette avanie nous atteignît par ricochet.

Proust, À la recherche du temps perdu

 

Voir ici : « placer la barre haut » ou « placer la barre haute » ?

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *