314 Vues
Enregistrer

Conjonctions de coordination : définition · liste · exemples

Publié le 13/10/2022 (m.à.j* le 24/02/2024)
0 commentaire

Les conjonctions de coordination sont des mots de liaison invariables qui permettent de joindre des éléments, mots, groupes de mots ou phrases qui sont toujours de même fonction, et souvent de même nature grammaticale. Les éléments qui peuvent être « conjoints » (c’est-à-dire joints sur un pied d’égalité, « mariés ») par les conjonctions de coordination peuvent être des groupes nominaux, des groupes verbaux, des groupes prépositionnels, des adjectifs qualificatifs, des adverbes, des propositions ou des phrases. Elles font partie des mots ou termes « coordonnants ».

La liste des conjonctions de coordination

La liste des sept conjonctions de coordination est : mais, ou, est, donc, or, ni, car (une phrase mnémotechnique apprise à l’école). Attention cependant, « donc » est souvent expulsé de cette liste aujourd’hui, car rangé dans la catégorie des adverbes.

➣ « et » introduit une addition. Exemple : 

« ou » : introduit une alternative. Elle est parfois renforcée par « bien ». Exemples :

  • À la montagne, ils dorment dans un hôtel ou dans un chalet.
  • Aux prochaines vacances, nous partirons peut-être pour l’Italie, ou bien pour l’Espagne.

➣ « ni » : introduit une liaison ou alternative négative. Elle est associée à « ne » dans les phrases négative Exemple :

  • Vous ne connaissez ni Pierre ni Paul.
  • Vous ne voulez pas voir Paul, ni lui téléphoner.

➣ « mais » : introduit une opposition, une nuance, une précision, une transition. Elle est souvent précédée par une virgule.

  • Il a fait un temps magnifique de dimanche. Mais, la météo annonce une semaine pluvieuse pour la suite.
    • Dans ce cas, deux phrases sont coordonnées.
  • Ce bâtiment est magnifique, mais sa construction a coûté très cher.

➣ « car » : introduit une explication. Elle relie des propositions. Elle est parfois précédée par une virgule. Dans certains cas, elle est synonyme de la conjonction de subordination « parce que ».

  • Nous sommes en forme car nous avons très bien dormi.

➣ « or » : introduit une transition ou une opposition. Elle ne fonctionne qu’avec des propositions. On la trouve dans les syllogismes. Elle débute souvent les phrases.

  • Carole cherche un stage en droit. Or, je connais justement de nombreux avocats.

➣ « donc » une conséquence.

Les éléments ainsi coordonnés peuvent avoir un complément commun.

  • Je chante ou j’écris des chansons.

« Et » et « ou » peuvent parfois être répétés devant chaque mot lié. Cela peut former une polysyndète, une figure de style.

  • Et je t’aime, et je te regarde, et tu me regardes, et on s’embrasse en tournoyant…
  • Elle veut une voiture ou blanche ou bleue.

Remarques

Contrairement aux éléments liés par une conjonction de subordination, ceux conjoints par des conjonctions de coordination sont grammaticalement de même niveau, ce qui signifie qu’il n’y a pas de hiérarchie entre eux, ils sont en principe symétriques. Cependant, par le sens, la relation entre ces éléments peut être inégalitaire : un élément introduit par « mais » domine par son importance la proposition qui précède, la proposition introduite par « car » est en quelque sorte subordonnée car elle introduit une cause.

  • Tu retires ton pull, car tu as chaud.
    • On pourrait aussi écrire : « Tu retires ton pull, parce que tu as chaud. »
  • Ce que tu dis ne m’a pas troublé, mais a scandalisé notre mère.

Les conjonctions de coordination ne sont pas les seuls termes coordonnants. Certains adverbes ont cette fonction : puis, ensuite, cependant, ainsi, toutefois, enfin, etc. Toutefois, les conjonctions de coordination :

  1. ne peuvent pas être combinées entre elles (sauf exception, comme « et donc »).
  2. sont toujours placées entre les éléments qu’elles conjoignent.

La conjonction de coordination est autonome : elle n’appartient pas aux éléments qu’elle lie. On peut la supprimer avec l’élément conjoint qu’elle introduit sans que l’autre élément soit affecté, sauf dans le cas de « ou » et « ni » qui introduisent une alternative.

  • Je me suis permis d’entrer, car la portée était entre entrouverte.
    • Je me suis permis d’entrer.

Le contraire de la coordination est la juxtaposition, dont la figure de style est l’asyndète.