463 Vues
Enregistrer

« Je voudrai » ou « je voudrais » (savoir) ? orthographe

Publié le 19/03/2018 (m.à.j* le 27/11/2022)
4 commentaires

Je voudrai et je voudrais : ces deux formes conjuguées du verbe « vouloir » existent. La première est au futur simple tandis que la seconde est au conditionnel présent. On les confond à cause de leur homophonie. « Je voudrais » prend un « s » dans la grande majorité des cas.

Je voudrai : cette forme, la première personne du singulier du futur de l’indicatif, entre surtout dans des locutions qui formulent une exigence, comme « quand je voudrai », « qui je voudrai », « où je voudrai », etc. Astuce : on peut essayer de remplacer « je voudrai » par « tu voudras », et regarder si les valeurs sont les mêmes. Exemples :

  • Nous irons faire les courses quand je voudrai, et cela ne sera pas autrement.
    • Nous irons faire les courses quand tu voudras, et cela ne sera pas autrement.
  • Je ferai faire les retouches de mes vêtements par qui je voudrai, parce que je suis libre.
  • J’irai où je voudrai à ce moment précis, parce que je ne suis pas encore décidé.
  • Mardi, au cours de l’épreuve, nous ferons comme je voudrai.
    • Mardi, au cours de l’épreuve, nous ferons comme tu voudras

Si le verbe de la subordonnée introduite par « si » est au présent, alors le verbe de la principale est au futur simple.

  • Je pourrai alors m’échapper quand je voudrai, si on m’emmène là-bas.

 

Je voudrais : cette forme, la première personne du singulier du conditionnel présent, permet surtout d’exprimer un souhait (je voudrais savoir, je voudrais bien…) ou de formuler poliment une demande. Il sert aussi à parler d’une action potentielle, d’une hypothèse écartée (l’irréel du présent) ou de remplacer le futur dans le discours indirect. Exemples :

  • Je voudrais tant partir au Japon pour visiter ses merveilles !
  • Je voudrais une baguette bien cuite, s’il vous plaît !
  • Je voudrais bien que tu me dises pourquoi tu es partie si tôt ce matin.
  • Enfin je voudrais savoir à quoi m’en tenir et n’y plus penser. (Flaubert, Correspondance)
  • Si je savais parler aux animaux, je voudrais tout savoir de leurs secrets.
    • Un souhait ou une hypothèse écartée (irréel du présent, car je ne sais pas parler aux animaux et je ne le saurai jamais).
  • Je voudrais travailler le dossier avec toi, si tu termines ta réunion assez tôt.
    • Une action potentielle.
  • « Je te connais, tu ne voudras faire que ce qui te plaît . » Elle a dit que je ne voudrais faire que ce qui me plaît.
    • Le conditionnel remplace ici le futur dans le discours indirect.

Si le verbe de la subordonnée introduite par « si » est à l’imparfait, alors le verbe de la principale est au conditionnel présent.

  • Si jamais tu venais avec nous, je voudrais que tu me rapportes mon gros sac bleu.

Vous devez cliquer ici pour lire l’article : « n’hésite pas » ou « n’hésites pas » ? Avec un « s » ou pas ?