On écrit : jusqu’alors. Cette locution est synonyme de « jusqu’à cette époque », « jusqu’à ce moment-Laurent », « jusqu’à ce temps ». Elle est composée de la préposition « jusque » et de l’adverbe « alors » qui, en tant que mot de liaison, a le sens temporel de « à ce moment-là ». Selon Le Bon Usage, cet emploi est, en théorie, abusif, parce que « alors » indique un fait contemporain par rapport à un autre fait (du passé ou du futur). La forme « jusqu’à alors » a été employée, mais très rarement. Une recherche sur Google Ngram ne renvoie quasiment aucun résultat pour « jusqu’à alors ». De même sur Gallica, où les résultats sont rares (139 seulement). Cette forme ne correspond pas au reste à la prononciation usuelle de cette expression. Il convient de l’éviter.

« Jusqu’à lors » n’a presque jamais été employé (bien que lors soit proche de « alors »). On trouvait aussi « jusque alors », courant, surtout, au XIXe siècle (et qui a plus ou moins disparu après) : « Tout avait bien été jusque alors, et tant qu’il était demeuré dans les riches et belles plaines de l’Italie […] » (Dumas, Les Crimes célèbres). Il vaut mieux éviter d’employer cette dernière forme qui a toutes les chances d’être considérée comme une faute.

À lire en cliquant ici : faut-il écrire « eh oui » ou « et oui » ? Article explicatif

 

Exemples avec jusqu’alors

  • Il gagnait jusqu’alors une somme dérisoire à la fin de chaque mois, malgré d’immenses efforts pour faire croître ses revenus.
  • Jusqu’alors, les amis de Nicolas ne m’avaient jamais vraiment parlé, parce que nous n’avions pas beaucoup de choses en commun.
  • Que faisais-tu donc jusqu’alors ? Rien n’est rangé et rien n’est nettoyé !
  • Après qu’ils eurent mangé leurs œufs à la coque, la conversation, qui s’était jusqu’alors éparpillée au hasard des sujets, se concentra sur la cathédrale. (Huysmans – La Cathédrale)

  • Quant à la faune, elle ne présenta pas d’autres échantillons que ceux dont les chasseurs avaient eu connaissance jusqu’alors. (Verne, L’Île mystérieuse)