« Prendre à partie » ou « prendre à parti » : orthographe

On écrit : « prendre à partie ». 

En effet, « partie », avec un « e », renvoie ici à la personne engagée dans un procès.

 

Voir ici : « faire parti » ou « faire partie » ?

 

Exemples avec « prendre à partie »


 

Enfin, messieurs, voilà mon dernier mot : Si vous enlevez encore à la petite poste le droit exclusif de me transmettre les injures anonymes dont mes charités sont payées, pardon, mais je serai forcé de vous prendre à partie ; et il n’est pas un tribunal où je n’obtienne alors le droit de vous faire attacher à vous-même le nom du fuyard contumace, au poteau publie de vos feuilles. J’ai l’honneur d’être, etc.

Beaumarchais, Lettres

 

Alors, une querelle formidable s’engagea. Coupeau, pris à partie, se débattait : jamais il n’avait parlé de vingt litres ; quant aux œufs à la neige, ils rentraient dans le dessert, tant pis si le gargotier les avait ajoutés de son plein gré ; restait le carafon de rhum, une frime, une façon de grossir la note, en glissant sur la table des liqueurs dont on ne se méfiait pas

Zola, L’Assommoir 

 

Quelques heures plus tard en milieu d’après-midi, une centaine de chasseurs et militants se retrouve à un carrefour. « Quelqu’un de chez nous s’est fait prendre à partie par un groupe de chasseurs, on s’est rapproché pour le protéger et ça a dégénéré », raconte Muriel de l’association PACCT.

Leparisien.fr

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *