« Suspens » ou « suspense » : orthographe

Suspens et suspense sont deux paronymes de sens voisins.

 

Suspens : définition


Ce terme (à prononcer « suspan »), tiré du latin suspensus, participe passé de suspendere (suspendre), trouve son origine dans le droit canonique. Il permet de désigner un ecclésiastique suspendu de ses fonctions. On disait donc  « un prêtre suspens ». La mesure était elle-même nommée la « suspense ». 

Aujourd’hui, ce terme est utilisé dans la locution adverbiale « en suspens », du latin in suspenso, qui signifie « dans l’incertitude », « dans l’indécision », « dans l’attente ». Elle permet aussi de parler d’une chose interrompue. 

Exemples :

Emeline a laissé sa phrase en suspens

Il a laissé en suspens l’ouvrage qu’il avait commencé. 

La tribunal n’a pas rendu son jugement. L’affaire est toujours en suspens

On trouvait autrefois dans la langue littéraire le nom « suspens » pour parler d’une pause, d’une interruption, ou de l’absence de bruit et de trouble…

Exemples :

Cette palme que le vent de la mer par reprises après de longs suspens fait remuer

Claudel, Le Soulier de satin

 

Le suspens de cette nuit paisible était si profond et si intime qu’il semblait qu’on y entendît quelqu’un marcher 

Gracq, Le Rivage des Syrtes, cité par le TLFi

… ou de l’incertitude :

Cette journée ne répondait à rien de ce qu’avait imaginé le jeune homme. Elle lui plaisait pourtant par ce caractère d’imprévu et de suspens 

Roy, Bonheur d’occasion, cité par le TLFi

 

Suspense : définition


suspens ou suspense

Jeune orpheline au cimetière, Delacroix, 1824 (détail)

Ce terme de cinéma d’origine anglaise (à prononcer à l’anglaise), lui-même emprunté au français « en suspens » (in suspenso), désigne le sentiment d’attente angoissé et d’impatience que provoque certaines scènes sur le spectateur tenu en haleine, ou sur le lecteur à la lecture de certains passages d’un livre. 

Exemples :

Cet auteur sait parfaitement ménager le suspense pour forcer le lecteur à aller au bout de son ouvrage. 

Hitchcock est resté célèbre comme le maître du suspense.

L’incertitude autour des élections est à l’origine de nombreux effets de suspense.

Cependant, il existe aussi la forme francisée « suspens». 

Suspend est quant à lui la forme conjuguée du verbe suspendre à la troisième personne du singulier du présent de l’indicatif. 

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

6 réponses

  1. lili dit :

    nul !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *