Ces 18 jurons anciens vous permettront de renouveler votre stock. Si vous avez des suggestions d’autres jurons anciens, n’hésitez pas à les formuler dans la partie commentaire de l’article !

1. « Bon sang ! » :  forme euphémique de « par le sang de Dieu » ou de « par le sang du Christ », pour éviter le blasphème. Il entre dans nombre d’expressions :

  • Bon sang de bonsoir !
  • Bon sang de bon sort !
  • Bon sang de bon sang !
  • Bon sang de bois !
  • Bon sang de bon dieu !

Exemples

  • Mais bon sang, qu’il est laid !
  • Bon sang de bois, j’ai perdu ma trompette !
  • Bon sang de bon dieu, vont-ils me laisser tranquille à la fin ?

2. « Bigre ! » :  une atténuation de bougre, « exclamation familière des bourgeois qui n’osent prononcer le vrai mot, qui est bougre » (Anatole France, cité par le TLFi). Un « bougre » désignait d’abord un homosexuel. Par extension, « bougre » est devenu un qualificatif pour une personne méprisable. Cette connotation homophone a complètement disparu, bougre étant considéré aujourd’hui comme une insulte passée d’âge. Avec l’usage, « bougre » et « bigre » sont devenus des jurons. « Bigre » est un ami de Jacques dans Jacques le fataliste et son maître de Diderot. Exemples

  • Ce bigre de marmot m’a encore bien eu !
  • Bigre de bigre, ça ne lui allait pas, le mariage ! (Maupassant, Une partie de campagne)

Suivez la page de La Culture générale sur Facebook (cliquez ici).

3. « Dame ! » : forme abrégée de « Notre-Dame ». Peut aussi être écrit « dam ». « Au grand dam » est d’origine différente. Exemples

  • Dame oui, je viens avec vous !
  • Dame ! Ce pain était bien bon.

4. « Diantre ! » : forme euphémique de « diable ». On trouve aussi l’adverbe « diantrement ». Sert aussi d’adverbe synonyme de « très, extrêmement ». Exemples

  • Que diantre ! Je ne ferai pas la vaisselle en plus de la lessive !
  • Lediantre soit de ses sacrés signes de croix ! (Verlaine, Élégies)
  • Diantre ! fit Blazius, voilà qui est étrange ! (Gautier, Capitaine Fracasse)

5. « Corbleu / Cordieu » :  forme euphémique de « pour le cœur de Dieu ». Marque une vive humeur (Ac.). Ce juron-là n’est pas très connu. Exemples

  • Ces gens sont si pénibles, corbleu !
  • Qu’alliez-vous faire à la Mad’leine,
    Corbleu, ma moitié,
    Qu’alliez-vous faire à la Mad’leine ? (Laforgue, Complainte de l’époux outragé)

6. « Fichtre ! » : euphémisme du verbe « foutre », après un croisement avec le verbe « ficher ». Il existe l’adverbe « fichtrement ». Exemples

  • Je n’y comprends fichtre rien !
  • Fichtre, on s’en fiche !
  • Ce vin a été fichtrement bien apprécié par les convives.

7. « Jarnidieu ! Jarnibleu ! Jarnigoi ! Jarnicoton ! » : formes atténuées de « je renie Dieu » ! « Bleu » remplace Dieu. « Jarnicoton » est attribué au roi Henri IV. Le père Coton était en effet le confesseur jésuite du roi. Exemple : 

  • Jarnidieu, jamais je n’irai me baigner dans ces eaux-là !
  • Il m’a subtilisé tout mon argent, jarnigoi, je n’ai plus rien, jarnibleu !

8. « Mazette ! » : ce juron souligne l’admiration. Selon le TLF, « mazette » serait un emploi métaphorique et déformé de mesette, « mésange ». Exemples

9. « Morbleu ! Mordieu ! » : forme euphémique de « par la mort de Dieu ». Exprime surtout la colère. Exemples :

  • Viens ici, morbleu !
  • Mais non, mordieu ! Cet homme est un saint !

10. «Nom d’un petit bonhomme ! Nom d’une pipe ! Nom de nom ! » : pour éviter le blasphème « nom de Dieu ! ». Exemples

  • Elle est érudite celle-là, nom d’une pipe !
  • Oui, nom d’un petit bonhomme, il fait solidement froid tout de même. (Balzac, Eugénie Grandet)

11. « Palsambleu ! » : même origine que « bon sang » : « par le sang de Dieu !. » « Bleu » remplace ici aussi Dieu. On relève aussi « par la sambleu ». Exemples :

  • […] il me sera trop facile de me faire adorer de Barbe-Bleue, mais il faut que je sache le chemin du Morne-au-Diable ; il serait, palsambleu ! piquant de m’y faire conduire par cet ourse (Sue, L’Aventurier)
  • Par la sambleu ! messieurs, je ne croyais pas être
    Si plaisant que je suis, (Molière, Le Misanthrope, II, 7)

12. « Pardieu ! Pardi ! » :  ce sont deux formes de « par Dieu », qui servent souvent à renforcer une déclaration. Pardi est encore quelque fois employé, mais avec le sentiment de son ancienneté. Exemples

  • Ah, pardieu, voilà qui est fort ! s’écria le vieillard, je suis celui que vous avez fait placer ici, et cette maison est celle où vous m’avez fait placer. (Hugo, Les Misérables)
  • Pardi ! cria Gilquin, il y a plus de trois cent mille étrangers dans Paris. (Zola, Eugène Rougon)

13. « Sacrebleu ! Sacredieu ! » : forme euphémique de « sacre de Dieu ! ». Pris parfois par les anglophones comme une expression typique et courante en français (voir : cet extrait des Simpsons). Exemples

14. « Sacristi ! Sapristi ! Saperlotte ! Saprelotte ! Saperlipopette ! » : « sapristi » (employé remarquablement par la miss France 2019) est une déformation de « sacristi », lui-même dérivé de « sacre » (de Dieu). Saperlipopette est la forme atténuée de « saperlotte », lui-même dérivé de « sapristi ». Exemples

15. « Scrogneugneu ! » : un vieux militaire bougon. Ce juron est une déformation de « sacré nom de dieu » selon le Robert. Ce juron peut servir à moquer les grincheux. Exemples :

  • Scrogneugneu, nous n’avons rien ! Scrogneugneu ! Scrogneugneu !

16. « Tudieu ! » : forme euphémique de « par la vertu de Dieu » ou de « tue Dieu » ! Exemples

  • Tudieu ! l’ami, sans vous rien dire, Comme vous baillez des soufflets ! (Molière, Amphytrion, I, 1)
  • Tudieu ! dit Chicot en se caressant le menton, voilà un habile homme. (Dumas, La Dame de Monsoreau)

17. « Ventredieu ! Ventrebleu ! Ventre-saint-gris ! » : forme euphémique de « ventre de Dieu ». Ventre-saint-gris est un juron attribué au roi Henri IV. Exemples

  • Hé ! ventrebleu ! s’il y a ici quelque chose de vilain, ce ne sont point mes jurements ; ce sont vos actions. (Molière, La comtesse d’Escarbagnas)
  • – Sire, vous serez roi.
    – Eh ! ventre-saint-gris ! dit Henri en réprimant un violent battement de cœur, ne le suis-je point déjà ? (Dumas, La Reine Margot)

18. « Vertudieu ! Vertubleu ! » : comme « tudieu », forme euphémique de « par la vertu de Dieu ! ». Exemples

  • Mon assiette, mon assiette ! Tout doux, s’il vous plaît. Vertubleu ! petit compère, que vous êtes habile à donner des assiettes nettes ! (Molière, Dom Juan, IV, 11, Sganarelle)
  • Lui. Vertudieu ! Je le crois. J’arrive, je suis grave […] (Diderot, Le Neveu de Rameau)

Suivez la page de La Culture générale sur Facebook (cliquez ici).