La majuscule aux noms de religion

Par convention, on ne met pas de majuscule aux noms de religion, comme on ne mettrait pas de majuscule aux noms de doctrine (le libéralisme, le communisme, le kantisme, etc.) :

Exemples

L’impression que l’on éprouve en entrant dans cet antique sanctuaire de l’islam est indéfinissable et n’a aucun rapport avec les émotions que cause ordinairement l’architecture […]

Théophile Gautier, La mosquée de Cordoue

 

– Pardonnez ! dit Homais. J’admire le christianisme. Il a d’abord affranchi les esclaves, introduit dans le monde une morale…

Madame Bovary

 

L’ouvrage montre ainsi la richesse culturelle d’une région qui s’est révélée être un point de contact entre l’art grec classique et le bouddhisme asiatique.

Novastan.org

On peut retrouver des majuscules aux noms de religion dans des textes d’éditions anciennes.

Le cas de l’islam peut poser difficulté : l’Académie, Le Robert, Le Larousse ou le TLFi s’accordent pour dire qu’ « islam » écrit avec une minuscule désigne la religion, alors qu’ « Islam », écrit avec une majuscule, désigne la civilisation et les peuples porteurs de cette religion. Cette distinction peut toutefois prêter à confusion pour certains usagers : on pourrait croire que la majuscule revêt la religion d’une dignité particulière. Or, les noms des autres religions ne prennent jamais de majuscule. Par exemple, christianisme désigne la religion, alors que chrétienté (sans majuscule) peut désigner la civilisation (même si ce terme renvoie plutôt à un idéal Moyen âge occidental). Toutefois, l’Église (catholique, copte, orthodoxe, les Églises protestantes…) comme institution, prend une majuscule.

Le nom des pratiquants d’une religion ne prend pas non plus de majuscule : les bouddhistes, les chrétiens, les musulmans, les jaïnistes, les hindouistes, etc. On ne met pas non plus de majuscule aux noms des partisans d’une doctrine politique, philosophique, etc. : les marxistes, les romantiques, les démocrates, etc.

Là encore un cas peut poser difficulté : celui des juifs/Juifs. Le nom « juif » désigne le pratiquant d’une religion, le judaïsme, mais aussi le peuple porteur de cette religion. Or, les noms de peuple prennent une majuscule : les Espagnols, les Turcs, les Chinois, etc.

Le nom des livres sacrés sont des titres d’œuvres et prennent des majuscules : la Bible, l’Avesta, le Coran, le Veda, etc.

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

2 réponses

  1. Laurie dit :

    Un article sur l’orthographe ci dessus evoque la différence entre juif comme pratiquant du judaïsme et Juif( avec majuscule ) comme peuple. Mais il n’y a pas de peuple Juif ! Qu’en pensez-vous ? Un peuple a des origines communes, géographiques, ethniques et jusqu’à génétiques pour unifier ce peuple. Que les juifs aient unADN commun, voilà qui aurait bien arrangé Hitler, s’il avait été en capacité d’extraire un génome ! Non, il n’y a pas de peuple Juif : des juifs chiliens ou canadiens ou chinois ou israéliens ne forment pas un peuple, encore moins une race ( le vilain mot) , mais une simple communauté de croyants. Peut-être aux origines, les enfants d’Israël en contraste avec les enfants d’Ismael. Mais là, on est dans du mythe biblique, pas dans le réel. Pas de peuple Juif. Je ne comprends d’ailleurs pas cette judeite nécessairement issue de la mère : si ma mère est juive et que je veux me convertir au protestantisme ou à l’athéisme, je ne suis pas juif ; a contrario, si je suis né d’un père et d’une mère mormon, rien ne m’empêche de devenir juif. Qu’en pensez-vous ? Expliquez moi svp.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *