« Pain bénit » ou « pain béni » ? Orthographe

On écrit : pain bénit. 

Le verbe « bénir » a deux participes passés : béni(e) & bénit(e)

Le participe passé « bénit » est employé comme adjectif, épithète ou attribut, pour qualifier certaines choses qui ont reçu, au cours d’une cérémonie, la bénédiction d’un prêtre. Ainsi, on dit aussi : de l’eau bénite (moins souvent : une médaille, une église, une cloche bénite, etc.). Il est employé aussi comme participe passé quand le sujet est un objet qui a reçu la bénédiction d’un prêtre.

 

À lire ici : pourquoi dit-on « béni-oui-oui » ?

 

« Béni » est employé pour le reste. C’est la forme « ordinaire » du participe passé.

En cas, reprit l’abbé, ce doit être un homme béni de Dieu, il doit être riche… heureux ? 

Dumas, Le Comte de Monte-Cristo

On trouve cul-béni(t) avec ou sans « t ». 

Cependant, dans la réalité, ce partage, conçu au XVIIe siècle (cf. Dictionnaire historique de la langue française) est mal connu (sauf pour quelques locutions comme « eau bénite ») et, comme le remarque Le Bon Usage, la confusion règne. Il relève notamment chez Sarraute (Planétarium, 1959) : 

C’est du pain béni d’installer une nouvelle maison

Autre exemple avec une autre locution chez Barrès : « Or, à la tête de son large lit, était suspendu un chapelet béni par le pape, un souvenir de M. de Transe » (Le Jardin de Bérénice, 1891).

On voit d’ailleurs grâce à google n-gram que « pain bénit » domine, mais que la forme sans « t » lui fait toujours concurrence.

On l’écrit aussi avec « t » dans les usages métaphoriques

 

Exemples avec « pain bénit »


 

Le vieil hypocrite n’a jamais manqué de donner à Ursule vingt francs pour mettre au cierge quand elle rend le pain bénit.

Balzac, Ursule Mirouët

 

[…] le patron avait encore congédié deux ouvrières la veille ; ce serait pain bénit s’il faisait la culbute, car il mangeait tout, il laissait ses enfants le derrière nu.

Zola, L’Assommoir

 

… auprès du pain bénit venu lui aussi familièrement en sortant de l’église […]

Proust, Du côté de chez Swann

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *